Construction Navale
Vente de STX France : Ce que souhaitent les syndicats et ce dont ils ne veulent pas

Actualités

Vente de STX France : Ce que souhaitent les syndicats et ce dont ils ne veulent pas

Construction Navale

Alors que les caméras de télévision se concentrent depuis une semaine sur l’avenir de l’usine Alstom de Belfort, le gouvernement fait face à un autre dossier industriel brûlant. Car si l’attention médiatique s’est relâchée depuis quelques jours, la pression monte autour des chantiers de Saint-Nazaire, dont l'avenir va se jouer très prochainement.

Actionnaire majoritaire de STX France, qui emploie plus de 2600 salariés et fait travailler près de 4000 sous-traitants, le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding souhaite céder ses parts d’ici la fin de l’année. En coulisses, les grandes manœuvres sont lancées pour la reprise de l’une des entreprises les plus emblématiques de l’industrie française. Avec, à la clé, un dossier très complexe mêlant enjeux économiques, sociaux et politiques, une dimension nationale et internationale, ainsi que des intérêts impliquant une bonne partie de la filière navale française, y compris dans la défense.

Menacés de fermeture il y a seulement quatre ans, les ex-Chantiers de l’Atlantique ont connu un redressement spectaculaire. Le carnet de commandes est désormais plein pour 10 ans, avec 14 paquebots prévus (dont les six plus gros du monde) pour une valeur globale de 12 milliards d’euros, d’autres contrats en perspective et une diversification dans les énergies marines et les services qui monte en puissance.

Si l’activité reste encore trop peu rentable pour attirer des investisseurs en quête de gros profits, la bonne santé de STX France et ses belles perspectives suscitent l’intérêt de plusieurs repreneurs potentiels. A Bercy, on évoquait la semaine dernière deux candidats à la reprise, et il y en a peut-être plus aujourd’hui. Car l’horloge tourne et STX O&S, confronté à de graves difficultés financières et sous le coup d’une procédure de redressement judiciaire au travers de laquelle il joue sa survie, veut céder rapidement ses parts. Le groupe a annoncé qu’il attendait des offres pour le mois d’octobre et qu’il ferait part de sa préférence en novembre. Mais les Coréens ne sont pas seuls dans le processus. L’Etat français, actionnaire à 33.34% de STX France, di

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire