Marine Marchande
Vente des Abeilles : Une page se tourne pour le remorquage français

Actualité

Vente des Abeilles : Une page se tourne pour le remorquage français

Marine Marchande

Jeudi dernier, BOURBON annonçait, à la surprise générale, sa volonté de vendre sa division remorquage, à l'exception des Abeilles International et de ses grands remorqueurs de sauvegarde du littoral. Les discussions sont en cours de finalisation avec l'Espagnol Grupo Boluda Corporación Marítima. La transaction concerne la société Les Abeilles, qui emploie 1000 salariés et arme 66 remorqueurs, principalement en France. L'annonce intervient un an et demi après le lancement du plan Horizon 2010, destiné à faire de BOURBON le leader des services à l'offshore pétrolier et gazier. En février 2006, le groupe avait annoncé un vaste plan de construction portant sur 232 navires pour 1.45 milliard d'euros. « BOURBON se resserre sur l'offshore, en pleine explosion. Des investissements très lourds ont été réalisés dans ce secteur et la vente des Abeilles va aider à financer cette stratégie », affirme Joël Jouault, de la CFDT. Au Havre, on estime également que la montée en puissance de la concurrence n'est pas étrangère à la décision de la maison mère. Il y a un an, la SNRH, filiale du Néerlandais Kotug, a en effet ouvert une première brèche dans le « monopole » des Abeilles sur le remorquage portuaire français : « Nous avons été surpris de cette décision dans le sens où BOURBON s'est positionné à Tanger, a redéveloppé son activité remorquage en Afrique et, d'un coup, vend les Abeilles. Mais c'est bien la preuve que la concurrence risque de déstabiliser l'affaire. La concurrence s'installe dans les ports et cette activité n'offre plus la rentabilité suffisante ou, en tous cas, celle à laquelle on pouvait auparavant prétendre ». Ainsi, depuis l'installation de la SNRH, le chiffre d'affaires des Abeilles havraises a baissé de 30% et les prix ont, de source syndicale, été ajustés.

« Des professionnels plutôt que des financiers »

Suite à un regroupement progressif des activités de remorquage dans les ports français, BOURBON a racheté les Abeilles en 1992. La CGT des marins de Brest fait un bilan « plutôt positif » de l'action du groupe français ces quinze dernières années : « Cela aura permis de renouveler à plus de 85% la flotte des remorqueurs dans les ports Français et de doubler le nombre de remorqueurs pour assurer la protection du littoral, sous l'autorité des Préfets Maritimes, avec l'entrée en flotte des Abeilles Bourbon et Liberté en 2005 », souligne Jean-Paul Hellequin, porte-parole du syndicat. Ce dernier accueille plutôt favorablement le projet de cession à l'Espagnol Boluda, préférant que « Les Abeilles soit racheté par des professionnels tel que Grupo Bodula plutôt que par des financiers peu ou pas soucieux des marins ni de l'état de la flotte » et juge également positives les conditions sociales de la vente. Selon BOURBON : « La cession des actions des sociétés concernées n'entraînerait aucune conséquence pour les salariés qui conserveraient leur statut social, leur ancienneté et leurs avantages ». Pour Jean-Paul Hellequin : « En vendant Les Abeilles, BOURBON n'a pas bradé les salariés, ceux-ci garderont leurs acquis sociaux, et autres avancées sociales. La filiale Les Abeilles de Grupo Boluda aura sa direction en France dans un grand port. Espérons que le Groupe Maritime Espagnol saura maintenir le dialogue social qui existe aux Abeilles et qu'il saura maintenir dans les ports français un bon service public au service de tous les armateurs et des ports dans un soucis de protéger tous les marins et les biens ». Du côté de l'Union Fédérale Maritime de la CFDT, on estime que : « Le rachat d'une entreprise pose toujours des inquiétudes aux personnels tant au niveau des conditions de travail et de l'emploi que du respect des accords de branche et des accords d'entreprise. Dans ce sens l'UFM CFDT souhaite rencontrer les syndicats espagnols si possible en intersyndicale du secteur et du groupe Boluda afin de connaître la stratégie industrielle, sociale, et de préparer la mise en place d'un comité européen de la nouvelle entité ».

Boluda : Un groupe reconnu

Holding spécialisée dans les services maritimes, Boluda est présent dans le transport maritime de conteneurs, la construction et la réparation navale. Il s'était d'ailleurs illustré l'an passé dans cette dernière activité en reprenant la Compagnie Marseillaise de Réparation. Sa branche remorquage compte une flotte moderne de 127 coques opérant dans les ports d'Espagne et en Amérique latine (Mexique, Panama, Venezuela, Argentine, Uruguay et République Dominicaine). Le groupe emploie 3000 salariés et a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires de 490 millions d'euros. Les synergies avec les Abeilles semblent donc bien réelles et permettront à la société française de s'adosser à un groupe puissant pour affronter la concurrence. « Ce projet d'offre de reprise est une opportunité d'évolution et de développement pour le remorquage portuaire Les Abeilles. En effet, la taille et la présence internationale des opérateurs de remorquage portuaire sont devenues des facteurs déterminants de réussite du secteur sur lequel, ces derniers mois, de nombreux mouvements de concentration ont été constatés. Ce projet serait pertinent de par la complémentarité géographique des activités et la qualité du repreneur qui a clairement marqué son intention d'investir et de devenir un acteur majeur du remorquage portuaire », assure BOURBON.
En 2006, le groupe maritime français a enregistré une hausse de 16.8% de son chiffre d'affaires, qui a atteint 717.6 millions d'euros. La division remorquage et sauvetage a représenté un CA de 129.7 millions d'euros, soit une hausse de 12.9%. Ces résultats comprennent l'activité portuaire mais aussi celle des remorqueurs affrétés par la Marine nationale et qui n'entrent donc pas dans le projet de cession. Cette flotte est composée des Abeille Bourbon (Brest), Abeille Liberté (Cherbourg), Abeille Flandre (Toulon), Abeille Languedoc (La Rochelle), Argonaute (Brest), Carangue (Toulon), Alcyon (Brest) et Ailette (Toulon).

BOURBON