Divers
Vers le redéploiement de la flotte russe de la Mer noire

Actualité

Vers le redéploiement de la flotte russe de la Mer noire

Divers

C’est une véritable bataille d’influence qui se déroule depuis maintenant 15 ans en Mer noire. Pour l’heure, les unités russes basées dans cette région gardent Sébastopol (Ukraine) pour port d’attache. Seulement voilà, Kiev, soucieuse d’intégrer au plus vite l’OTAN, ne renouvellera sans doute pas le bail qui autorise les navires russe à rester sur son sol jusqu’en 2017. Selon le journal Voenne-promychelenny kourier, « selon certains experts, cette situation pourrait être préjudiciable à la sécurité maritime de la Russie ». Plusieurs amiraux appellent d’ailleurs Moscou à régir au plus vite et à prévoir une migration des navires vers un autre port, faute de quoi, la flotte de la Mer noire disparaîtra. C’est le cas de son ancien commandant, Edouard Balatine. Cité par l’hebdomadaire, l’amiral estime que : « dès maintenant il faut aménager dans le territoire de Krasnodar une nouvelle infrastructure de grande envergure et ne pas commettre l'erreur de penser qu'après 2017 (…) la flotte pourra rester en Crimée ou être transférée à Novorossiisk , où une nouvelle base navale est en chantier aujourd'hui mais qui sera (difficile à utiliser) en raison du climat». Selon Edouard Baltine, le meilleur emplacement pour transférer la flotte de la Mer noire reste la région des lacs salés, à proximité d'Anapa.

Cohabitation délicate

En attendant, les navires russes sont contraints de cohabiter avec leur bailleur qui revendique la suprématie de l’espace aérien ou encore de la navigation dans la zone. Dès la chute de la confédération de Russie, on se rappelle que les rapports étaient difficiles entre Moscou et Kiev. L’Ukraine avait notamment voulu mettre la main sur les navires russes en construction à Nikolaev, bien qu’elle n’en avait pas vraiment les moyens financiers. Ainsi, les travaux avaient été interrompus en 1997 sur le porte-avions Varyag (sister-ship du Kuznetzov), achevé à 70%. Après de longues hésitations, le navire avait finalement été vendu en 2002 à une firme chinoise pour être transformé en casino flottant à Macao (Certains experts estiment toutefois que le navire a été récupéré par l'armée chinoise). Le croiseur lance-missiles Ukraina (du type Slava), mis sur cale en 1983, n’est toujours pas achevé et devrait être proposé à l’Inde ou la Chine. Le Marshal Utsinov, du même type, réclamé par Kiev a finalement été laissé à la flotte russe, l’Ukraine étant incapable de financer sa construction. Le bras de fer politique et géostratégique se poursuit entre les deux anciennes républiques soviétiques alors que la démarcation de la frontière, dans le détroit du Kertch, n’a toujours pas été clairement établie. A Sébastopol, la flotte se retrouve donc dans une situation de plus en plus inconfortable alors que, faute de crédits, la Russie aménage à grand peine quelques nouveaux relais maritimes en Mer noire. Pas de quoi abriter les dizaines de bâtiments présents dans le grand port ukrainien.

Marine russe | Toute l'actualité des Forces Navales de la fédération de Russie