Disp POPIN non abonne!
Pêche
Vietnam : Le carton jaune, une chance ou la fin des plus petits pêcheurs ?
ABONNÉS

Reportage

Vietnam : Le carton jaune, une chance ou la fin des plus petits pêcheurs ?

Pêche

Afin de mettre fin à la surpêche et de protéger la ressource halieutique, les autorités vietnamiennes estiment qu’il va falloir réduire la flottille et sortir les bateaux « les plus petits et les moins rentables ». Le chiffre de moins 30 % est évoqué d’ici à 2025. Une étude sociale et économique confiée à des scientifiques sera menée en 2019. Elle devrait ajuster la coupe sans doute sévère. Les exportateurs de Vasep et l’association des pêcheurs Vinafish se disent prêts à contribuer à la reconversion des pêcheurs.

Pour les plus entreprenants, l’avenir se situera dans l’aquaculture marine, autre domaine d’activité voué à l’exportation. En contrepartie de l’abandon de la pêche, une aide (État-Région) sera accordée à ceux qui se lanceront dans des fermes marines que l’on présente sur place comme « peu polluantes, car au large ».

Les autres marins seront réorientés vers les usines de transformation des produits de la mer où l’on manque de bras et où les salaires seraient près de deux fois plus élevés que ceux de matelots. Alors que les exportateurs comparent le carton jaune à une « chance » pour le pays de se réformer, pas sûr que tous les pêcheurs de petits bateaux en disent autant.

 

(© : LE TELEGRAMME - FLORE LIMANTOUR)

(© : LE TELEGRAMME - FLORE LIMANTOUR)

 

Une aire marine protégée approuvée par les pêcheurs

Là où les pêcheurs ne grincent pas des dents, c’est dans les aires marines protégées où ils ont été associés aux règles de protection de la ressource. À Cu-Lao-Cham, non loin de la ville historique de Hoi Han, dans la province de Quang-Nam, M. Chu Manh Trinh a réussi après plusieurs années de collaboration (depuis 2005) à convaincre les pêcheurs de l’archipel qu’il faut protéger les coraux. Une partie des eaux est interdite à la pêche, le reste est réservé aux seuls bateaux locaux.

SI le poisson est à nouveau abondant, selon les pêcheurs, et si les coraux repoussent que penser des 3 000 touristes qui fréquentent désormais quotidiennement la petite île peuplée de 3 000 habitants ? Le projet d’aire marine intégrait l’« écotourisme »…

- A lire aussi : Pêche Illicite, le Vietnam se réforme à marche forcée

 

Un reportage de la rédaction du Télégramme

 

(© : LE TELEGRAMME - FLORE LIMANTOUR)

(© : LE TELEGRAMME - FLORE LIMANTOUR)