Croisières et Voyages
Viking Sky : Une catastrophe majeure évitée et trois enquêtes ouvertes

Actualité

Viking Sky : Une catastrophe majeure évitée et trois enquêtes ouvertes

Croisières et Voyages

Trois enquêtes vont être ouvertes suite au spectaculaire incident à bord du paquebot Viking Sky au large de la côte ouest norvégienne. Ce dernier a subi une grave avarie machine dans l'après-midi de samedi dernier, alors que les conditions de mer étaient particulièrement difficiles. Le navire de 227 mètres de long, sorti en 2017 des chantiers italiens Fincantieri, faisait route entre Tromsø et Stavanger avec 1400 personnes à son bord. Quand la panne est survenue, il se trouvait au large des côtes du Nordmøre, dans un endroit réputé pour sa dangerosité, Hustadvika. Cette partie de la côte n'est pas, contrairement au reste de la route maritime habituellement empruntée par les paquebots ou l'Express côtier, protégée par des îles. La longue houle d'ouest vient donc y rencontrer les hauts fonds et les courants, provoquant une mer agitée et de nombreux naufrages.

 

 

Les raisons de la panne qui a touché trois des quatre groupes MAN de propulsion qui se sont arrêtés simultanément ne sont pas encore connues, même si les spéculations vont bon train. Cette avarie a en tous cas provoqué immédiatement une perte de propulsion et une dérive très rapide vers la côte distante de seulement quelques milles. Le navire se retrouve alors poussé par le vent, cela au milieu de creux de 6 à 8 mètres. Des vagues s'écrasant sur le bateau ont même fait éclater des vitrages. Le commandant envoie alors un mayday et les secours norvégiens se mettent rapidement en route. Pas moins de cinq hélicoptères de forte capacité ont pu être simultanément mobilisés dans les alentours directs de l'incident. L'évacuation des passagers ne pouvant être évidemment envisagée par radeaux de sauvetage, les sauveteurs ont rapidement procédé à des hélitreuillages. Ceux-ci ont duré jusqu'à la nuit tombée et ont permis l'évacuation de 473 passagers.

 

 

Parallèlement, plusieurs remorqueurs et puissants navires de servitude offshore, pléthore dans cette région de chantiers et d'armements pétroliers, ont fait route vers le Viking Sky dont les mécaniciens ont réussi, dans ces conditions dantesques, à faire redémarrer deux groupes. Le paquebot a donc pu retrouver ses capacités de manoeuvre dans la matinée de dimanche. Il a alors pris le chemin de Molde, le port le plus proche où il a été mis à quai près du centre de secours mis en place pour accueillir les passagers. Une vingtaine d'entre eux a dû être hospitalisés pour des blessures mineures. Tous devaient tous être rapatriés en ce début de semaine vers les Etats-Unis et le Royaume-Uni, dont la grande majorité est originaire.

Les enquêtes vont donc être ouvertes par l'administration maritime norvégienne, la police du comté de Møre og Romsdal, ainsi que par la compagnie. La question de savoir si le navire n'a pas commis l'erreur d'appareiller alors qu'une tempête était annoncée s'est rapidement posée mais ce n'est pas celle que les enquêteurs ont, a priori, retenue. Ils indiquent vouloir d'abord comprendre les raisons de cette panne. L'organisme américain chargé de la sécurité dans les transports (NTSB) a offert de participer à l'enquête dans la mesure où environ 600 Américains comptaient parmi les passagers. 

 

Accidents, pollutions