Nautisme
Virtual Regatta : L'autre Vendée Globe

Actualité

Virtual Regatta : L'autre Vendée Globe

Nautisme

Il y a le Vendée Globe, le vrai, avec 29 skippers qui se prennent de vrais embruns. Et il y a l'autre Vendée Globe, le virtuel, avec des joueurs confortablement installés devant l'ordinateur, au sec, les pieds dans les charentaises. En 2012, avec 487.000 joueurs engagés (201.742 ont passé la ligne d'arrivée), le jeu Virtual Regatta avait cartonné. Les récits des marins d'eau douce se levant la nuit, en prenant bien soin de ne pas réveiller madame ou en s'arrêtant sur le bord de la route pour trouver une borne wifi, pour régler le cap et les voiles, sont légion.

« Tout le monde peut jouer »

Régatier et fondateur de ce jeu, Philippe Guigné a encore amélioré la dernière version avec une nouvelle cartographie et une superbe interface. « Le fond reste le même, à savoir le réglage du cap et des voiles. Mais, d'un point de vue graphique, avec la 3D, on se rapproche encore plus du réel. » Les champs de vents, qui changeaient toutes les 12 heures il y a quatre ans, sont actualisés quasiment en temps réel. En clair, vous pouvez voir votre bateau évoluer virtuellement dans des conditions qui se rapprochent de la réalité : mer plate ou agitée, jour, nuit, tempête ou pétole, il ne manque rien. Réellement bluffant ! Ce jeu, qui a coûté 1 million d'euros en développement, n'est pas réservé aux spécialistes de la régate. Bien au contraire. « Tout le monde peut jouer mais, pour gagner, il faut vraiment être très fort », explique Guigné. Le vainqueur gagnera « la gloire et une montre », dit-il. Si vous n'êtes pas encore inscrit (il y a déjà plus de 140.000 engagés), inutile de vous précipiter le jour du départ. Même un mois après le vrai départ du Vendée Globe, il sera encore possible de prendre la barre de votre 60 pieds virtuel. Vous serez hélitreuillé - virtuellement rassurez-vous ! - dans un bateau-pilote.

Options payantes

Cette année, plusieurs classements sont proposés pour les écoles, les clubs de voile, selon le pays, le département et la ville. Si 99 % du jeu est gratuit, certaines options, comme le pilote automatique programmable, sont payantes (9,9 €). Si vous voulez le top du top, c'est-à-dire l'équivalent d'un Imoca à foils, avec les cinq options, il faudra débourser 24,9 € pour toute la durée de la course. Et si vous avez peur que votre épouse vous reproche de passer trop de temps derrière l'ordinateur, sachez que, pour la première fois, Virual Regattal est disponible également sur smartphones et tablettes. Et on connaît tous le meilleur endroit dans la maison pour jouer tranquillement... Site internet : virtualregatta.com

Un article de la rédaction du Télégramme