Divers

Actualité

Vladivostok : Le port truffé de matériels radioactifs

Divers

Du Celsius 137 en plein cœur du port de pêche de Vladivostok. Décidemment, la Russie n’en a pas fini avec les scandales nucléaires de l’ère soviétique. La source de radiation a été découverte fin août dans le chargement d’un camion, au milieu d’un tas de ferraille. Au total, huit caisses de plomb contenant des équipements industriels ont été trouvées et six d’entre elles se sont avérées hautement radioactives. Isolées dans un conteneur, elles ont été évacuées sous haute protection par la société Primtekhnopolis. La dose de rayons gamma émise par chacune de ces sources était d'environ 1.500 microröntgens par heure contre 10-15 microröntgens/h dans le milieu naturel. Pour faire simple, un spécialiste de l’entreprise affirme qu’il suffisait de poser la main pendant deux minutes dessus pour que l’amputation soit inévitable.

Problème récurrent

Alors que le premier débat public sur les déchets nucléaires de la marine s'est tenu en Russie au mois de juin, cette affaire démontre bien l’ampleur du problème. Ce n'est en effet pas la première fois qu'une telle trouvaille est faite à Vladivostok. Plusieurs dizaines de sources radioactives ont été retrouvées ces dernières semaines dans le port d’attache de la flotte russe du Pacifique. Pour éviter que ces matières dangereuses quittent le port, un système de détection Iantar a été placé à chaque entrée de la zone portuaire. C’est de cette manière que les caisses de plomb ont été repérées. Certaines études ont également montré que plusieurs blocs immergés dans le port étaient hautement radioactif. Selon les experts en déchets nucléaires, la plupart de ces équipements sont des pièces de rechange datant des années 70.