Marine Marchande
V.Navy reprend deux remorqueurs pour servir de plastron à la marine

Actualité

V.Navy reprend deux remorqueurs pour servir de plastron à la marine

Marine Marchande

Début mars et mi-avril, deux nouveaux navires feront leur apparition dans les bases navales de Brest et Toulon. Exploités par V.Navy, filiale française du groupe V.Ships, le VN Partisan et le VN Rebel sont deux remorqueurs de type supply. Auparavant exploités par la compagnie néerlandaise Vroon pour les services à l'offshore, ces navires perdront leur livrée rouge pour être repeints en noir avec, sur la coque, des bandes oranges. Ces unités serviront de plastron pour l'entraînement des forces navales françaises. Le groupement V.Ships/V.Navy a, en effet, récemment remporté ce marché d'externalisation à l'issue d'un appel d'offres lancé par la Marine nationale. L'objectif est de libérer les bâtiments militaires, comme les frégates, de certaines fonctions d'entrainement qui leur étaient autrefois attribuées (défense contre des pirates, visites de bateaux, assaut sur un navire, entrainements à l'appontage...) Il s'agira, notamment, d'assurer la préparation opérationnelle des unités basées en métropole avant un déploiement outre-mer. Pour les marins, le recours à des prestataires civils, mettant à disposition différents moyens, permettra d'économiser le potentiel des unités de combat, au demeurant surdimensionnées et fort coûteuses en fonctionnement au regard de certains entrainement, pour lesquels de simples bateaux civils sont suffisants.

Entrainement de commandos sur un navire civil  (© : MARINE NATIONALE)
Entrainement de commandos sur un navire civil (© : MARINE NATIONALE)

Des bateaux sous pavillons étrangers mais avec équipages français

Le VN Partisan et le VN Rebel permettront, ainsi, de disposer de moyens moins coûteux, tout en offrant la possibilité de mener des exercices réalistes avec les différentes unités de la marine (bâtiments de surface, sous-marins, aéronautique navale, commandos...) Le navire basé à Brest devrait disposer d'une plateforme hélicoptère, ce qui permettra aux pilotes des machines de la base de Lanvéoc-Poulmic de réaliser des manoeuvres d'appontage. A Toulon, cette capacité ne sera pas offerte par le VN Rebel, le nombre de bâtiments porte-hélicoptères dans le Var étant suffisamment important. Concernant l'exploitation de ces navires, on notera que le pavillon français ne sera pas de rigueur, ce que la CGT des marins du Grand Ouest conteste. Le supply de Brest battra pavillon britannique et celui de Toulon sera immatriculé en Italie. Pour la Marine nationale, « cette situation ne pose aucun problème », y compris pour la participation à des entrainements considérés comme « sensibles ». Car, dans le contrat signé avec V.Navy, l'Etat-major de la Marine explique avoir « exigé que le personnel soit exclusivement français, du cuisinier au commandant ». Ces équipages seront « habilités confidentiel défense et employés par V.Navy, qui est une société française », précise la Rue Royale.

V.Ships Marine nationale