Nautisme
Voile : Du vent et du beau temps pour la Massilia 2007

Actualité

Voile : Du vent et du beau temps pour la Massilia 2007

Nautisme

Le violent Mistral de la veille a fait place dimanche, à un vent de sud ouest force 1 à 3 qui a permis de lancer une multitude de manches et de valider cette 26e édition pour le plus grand bonheur des 120 équipages engagés dans cette Massilia. Tôt dans la matinée, à l'heure où généralement le petit-déjeuner précède le briefing, les équipages des 120 voiliers engagés ont vidé d'un trait les pontons du CNTL. Chacun trépignant d'impatience à l'idée d'en découdre... enfin. En une poignée de secondes, les pannes ont été désertées. La rade sud a bientôt été prise d'assaut d'un côté, entre La Pointe Rouge et le Frioul par les ORC et de l'autre entre Maïre et le cap Caveau par les monotypes où les Mumm 30 ont donné le top départ. Les ORC de leur côté ont dû patienter un peu plus, le vent tombant ne permettant pas de valider une première manche.

Mais cette longue attente s'est finalement conclue de belle manière, trois manches chez les monotypes, deux chez les ORC, un parcours banane et un côtier. De quoi rassasier tout ce petit monde. Bernard Mallaret, sur Nouvelle-Calédonie a réussi à tirer son épingle du jeu pour se hisser sur la troisième marche du podium (4e, 1er, 3e) après avoir connu la veille une grosse frayeur, le bateau manquant de peu de faire un soleil. «La coque s'est retrouvée à la verticale, nous avons vu la quille. Je n'avais jamais vu ça, un étonnant concours de circonstances, une grosse rafale, des équipiers mal positionnés. C'était impressionnant » raconte Bernard Mallaret « On a failli couler. Le vent a eu du mal à se lever, puis a été très fugace, un vent tournant avec des risées. Cela n'a pas facilité le travail des tacticiens qui ont eu du mal à composer ». L'équipage de Nouvelle-Calédonie rejoindra ensuite l'Atlantique pour disputer le grand Prix de Pornichet, puis le Grand Prix de Deauville. La seule certitude est que Fabien Henry sur Toulon Provence Méditerranée COYCH (vainqueur du Tour de France 2005) a largement dominé la régate. La Massilia est une régate très conviviale et c'est le moment pour chacun de voir où il en est. En ce qui nous concerne, nous pouvons nourrir des ambitions, nous positionner, mais il y a encore du travail. Je pense que Toulon Provence Méditerranée a une bonne longueur d'avance sur tout le monde. »

« Ce qu'il faut retenir » résume Daniel Mallet, à l'origine de cette belle régate, née il y a 26 ans, et co-organisée à ses débuts par l'UNM et Joseph Romy « c'est que d'un point de vue sportif, le bilan est mitigé puisque la course s'est jouée pratiquement en une seule journée au lieu de trois prévues. Mais le temps fait partie de la régate. Pourtant cette édition est très satisfaisante d'un point de vue de l'évolution de la Massilia. Le nombre des participants a doublé en trois éditions et nous enregistrons plus 30 % cette année, le niveau s'est également renforcé et la convivialité reste le maître mot ».
Hier, des vents faibles de secteur sud ouest, force 1 à 3 ont permis de refermer cette 26e édition sur de belles manches qui ont fait oublier la frustration des premiers jours. Le mot de la fin sera celui des régatiers, comme Jonathan Pacelle, licencié au CNTL, qui nourrit avec son équipage sur Melges 24 des rêves de championnat du Monde. « Cette année, c'est que ce soit en monotypie ou en ORC, ce sont de très bons équipages qui s'engagent et le niveau est très relevé ».

Au classement, dans la catégorie Mumm 30, Toulon Provence Méditerranée COYCH (Fabien Henry) l'emporte, suivi d'Ile Maurice Naïades Resort (Sylvain Chtounder) et de Nouvelle Calédonie (Bernard Mallaret). Chez les Melges 24, la première place revient à Altea (Andrea Rachelli), la seconde à Profil ( Bruno Joudren) et la troisième à Polyexpert O Tomate (Paul Coirre). En First 31.7, Aquarius (Nicolas Pietra) prend la première place, suivi de Firsty (Bruno Muller ) et de Sagaï (Dominique Lexa ). Enfin, dans le Groupe Sélection, Cic banque privée 2J Impression (Bernard Terrier ) est en tête, devant . Relax ( Michel Guillot) et Samba (Fabrice Drago).