Nautisme
Voile: Le Trophée BPE s'élance, Servane Escoffier contrainte à l'abandon

Actualité

Voile: Le Trophée BPE s'élance, Servane Escoffier contrainte à l'abandon

Nautisme

La flotte du quatrième Trophée BPE s'est élancée hier de Belle-Ile, cap sur Marie-Galante. En tout, 27 solitaires ont pris le départ mais dès l'après-midi, Servane Escoffier et son Brossard ont été obligés d'abandonner. Lors du passage de la bouée « Galère », la jeune malouine, prioritaire en tribord sous spi et sous pilote, est entrée en collision avec Yannig Livory (Défi Transat 1). Blessée par le choc et souffrant d'une entorse à l'épaule gauche, nécessitant plusieurs semaines d'immobilisation, Servane Escoffier a du jeter l'éponge. Ils ne sont donc plus que 26 solitaires en lice pour cette transatlantique qui s'annonce, d'ores et déjà, bien particulière. Alors qu'on pouvait s'attendre, en cette saison, à une traversée musclée du golfe de Gascogne, les conditions météos sont exceptionnelles. Jusqu'à demain, les skippers devraient naviguer sous grand spi, dans une quinzaine de noeuds de vent. Cette situation météo insolite à cette époque va imposer un rythme soutenu à la flotte. L'expérience de la course au large en solitaire, comme la maîtrise du Figaro, seront des éléments déterminants durant ces premières heures de course. Alors que l'on parlait de 20 jours de mer pour rejoindre Marie-Galante, les spécialistes météo annoncent maintenant 17 à 18 jours de course... même si à Belle-Ile, après un départ sous le soleil, c'est la pétole qui s'est installée. Mais les fichiers sont catégoriques, la pression sera bien au rendez-vous. « C'est toujours agréable de savoir que pour notre première nuit en mer on va pouvoir se caler tranquillement, prendre ses marques à son rythme, analyse Charles Caudrelier (Bostik) Les conditions de départ sont confortables pour s'amariner. »

Côté course, très rapidement, deux options météo vont se dessiner. La première consiste à contourner l'Anticyclone des Açores par sa bordure Nord. Une option peut-être un peu plus extrême et un peu plus dure car ceux qui la choisiront, rencontreront des vents contraires. Mais cette option sur la route directe est également la plus courte. Le deuxième cas de figure rallonge le parcours en suivant une route plus Sud, de façon à passer sous l'Anticyclone. Gros avantage, cette option bénéficie de vents portants. « Il faudra rapidement choisir son camp ! », confirme Charles Caudrelier. Hier, au pointage de 18 heures, la flotte se tenait bien évidemment dans un mouchoir de poche, notamment en tête. Laurent Pellecuer ( Docteur Valnet - Aromathérapie ), Nicolas Troussel (Financo) et Gildas Morvan (Cercle Vert) se suivaient à moins d'un mille, talonnés par Eric Drouglazet (Luisina Design), le vainqueur en titre du Trophée BPE.
____________________________________________________

- Plus d'infos sur le site du trophée BPE

Trophée BPE