Nautisme
Voile : Région Guadeloupe détrôné dans la Route de l'équateur

Actualité

Voile : Région Guadeloupe détrôné dans la Route de l'équateur

Nautisme

Les 7 concurrents encore en course dans la Route de l'équateur naviguent depuis samedi dans le même système météo. Un bon vent arrière de N à NNE, avec un ciel brumeux, qui emmène la flotte vers les Iles du Cap vert, puis au large de Dakar que les premiers devraient passer à partir de vendredi. Depuis leur passage en Atlantique, les vitesses des concurrents se sont affolées sur ces bateaux très physiques.
On relevait hier matin 300 milles couverts en 24h pour les 4 concurrents de tête. Conséquence de ces vitesses débridées, les cirés sont de sortie sur les ponts de ces puissants et pourtant petits monocoques de 12m, où l'effet « lance à incendie » se fait sentir à chaque accélération.
Au pointage de 5h, Matongo Congo était presque revenu à la hauteur de Région Guadeloupe. Pour le Jumbo 40 de Lepesqueux/Fiston/Maslard, impérial depuis le début de la course, les choses semblaient alors être parties pour se compliquer d'autant que les Pogos 40 sont plus véloces au portant, dans la brise.
Passé, comme Monnet, entre la côte marocaine et l'île de Fuertaventura, sur des trajectoires un peu différentes, Marc Lepesqueux, Philippe Fiston et Stan Maslard ont senti toute la journée le souffle de l'équipage de Matondo Congo sur leur échine. Ce soir, Monnet confirmait son OPA en tête du Classement Général en doublant à 14.4 noeuds un Région Guadeloupe navigant à 10.6 noeuds.

Ce premier assaut d'autant plus dangereux que désormais Monnet et ses trois hommes d'équipages ont enfin le bateau bien en main et que leur choix de partir à quatre équipiers, dont deux excellents barreurs, Philippe Naudin (ancien ministe) et Eric D'Hooge (Prépa olympique en fortyniner pendant 5 ans) va sans doute faire la différence sur ce marathon de 4 500 milles, où la forme physique va faire la différence.
Sur l'autre ouest, Lepesqueux/Fiston/Maslard ne savent pas encore si une autre surprise ne va pas venir de Sidaction CMA CGM et de MvouMvou qui ont choisi l'option de passer au-dessus, entre Fuertaventura et Grand Canaries. Ces derniers seront certes un peu déventés pendant quelques heures par l'île de Fuertaventura, mais cette option leur permettrait à la sortie de l'archipel, d'empanner et de plonger, en route directe sur les îles du Cap Vert et Dakar.
Mais la démonstration de Région Guadeloupe depuis le début de la course montre que son équipage est prêt à vendre très chèrement sa peau et est déterminé à faire de la résistance sur les 3 000 milles qu'il reste encore à couvrir avant d'arriver à Pointe Noire, au Congo Brazzaville.
Après plus d'une semaine de course, cette Route de l'équateur 2007 remplit pour l'instant toutes ses promesses avec une magnifique bataille sportive.
Plus à l'arrière, les équipages d'Anne Liardet et de Frédérique Brulé ont du mal à garder la cadence puisqu'elles n'ont plus l'usage de leur spi lourd, tous les deux hors service depuis 48h. Sur Deep Blue, les choses semblent rentrer peu à peu dans l'ordre après 24 h de galères, où tout semble avoir été de travers sur le pont, avec des drisses enroulées entre elles qui empêchent d'envoyer ou d'affaler un spi correctement, un empannage chaotique, un spi qui chalute. Bref, c'est la loi de Murphy à bord de Deep Blue. Heureusement tout est rentré dans l'ordre et Florence Arthaud, Luc Poupon et Alexia Barrier sont repartis à 14 noeuds, à l'attaque du quarté de tête.

Au dernier pointage, hier, Nouvelle Esperance Matondo Congo était donc en tête, suivi de Région Guadeloupe, Centre d'accueil des mineurs de Mvoumvou, Sidaction CMA CGM et Deep Blue, puis Le Petit Nice Passedat et Association Espace Enfance.
_______________________________________________

- La course en direct sur matondo-congo.com

Route de l'Equateur