Divers
Vol d’EgyptAir : Les enregistreurs récupérés, le Laplace quitte la zone

Actualité

Vol d’EgyptAir : Les enregistreurs récupérés, le Laplace quitte la zone

Divers

Les autorités égyptiennes ont annoncé que les deux enregistreurs de vol de l’Airbus A320 d’EgyptAir, tombé en Méditerranée dans la nuit du 18 au 19 mai, avaient été récupérés. L'enregistreur de voix, qui contient les conversations et bruits d'ambiance dans le cockpit, a été remonté hier alors que le second, qui recèle les données techniques, l'a été ce vendredi. En mauvais état mais apparemment exploitables selon la commission d'enquête, les données de ces enregistreurs sont cruciales pour les enquêteurs dans la compréhension des causes de la disparition du vol MS 804, qui effectuait une liaison entre Paris et Le Caire avec 66 personnes à bord, dont 56 passagers. 

Le bâtiment hydrographique Laplace, dépêché par la marine française et arrivé sur zone le 31 mai avec des moyens de détection acoustiques spécialisés de la société Alseamar, avait rapidement capté un signal correspondant aux fréquences attendues d’une balise de localisation d’un enregistreur de vol. Les recherches, entreprises entre la Crête et l’Egypte, à environ 150 milles des côtes égyptiennes et par des profondeurs d’environ 3000 mètres, avaient alors été affinées et d’autres moyens mobilisés.

 

Le Laplace (© MARINE NATIONALE)

Le Laplace (© MARINE NATIONALE)

 

Affrété par les autorités égyptiennes, le John Lethbridge, appartenant à la société Deepwater Ocean Search, spécialisée dans les opérations sous-marines par grands fonds, en particulier la recherche d’épaves, est alors entré en action le 9 juin. Le navire de recherche est équipé d’un robot sous-marin et d'une plateforme remorquée fabriquée par la société française iXBlue et mettant en oeuvre différents capteurs, dont un sonar latéral permettant de cartographier le fond marin et, ainsi, faciliter les recherches. Sur la base des positions fournies par le Laplace, le navire de DOS a trouvé et identifié ces derniers jours, sur plusieurs sites, un certain nombre de débris de l’appareil, pour finir par récupérer les enregistreurs. Alors que le John Lethbridge poursuivait ses recherches, le bâtiment hydrographique de la Marine nationale a quitté la zone mercredi, sa mission de détection et de localisation des signaux étant accomplie. 

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française