Energies Marines
Wavegem : c’est parti pour 18 mois d’essais au large du Croisic

Actualité

Wavegem : c’est parti pour 18 mois d’essais au large du Croisic

Energies Marines

Après plusieurs mois d’attente, le prototype de plateforme houlomotrice Wavegem a été installé le 21 août sur le SEM-REV, site d’essais en mer dédié aux EMR de Centrale Nantes au large du Croisic. Réalisée à Saint-Nazaire, où elle a été mise à l’eau fin 2018, la structure a été remorquée par le JLD Ambre, nouveau navire du groupe Lamanage Huchet Desmars.

 

 

Son raccordement à ses quatre lignes d’ancrage, qui avaient été préalablement installées en juillet, a été conduit en moins de six heures avec des moyens légers. «  Cette première installation, coordonnée en totalité par l’entreprise SERENMAR – Ship As A Service pour la partie maritime, a permis de mettre en lumière la technologie inventée par GEPS Techno et en particulier la simplicité des systèmes d’ancrage mis en oeuvre. Cela démontrant ainsi la parfaite adéquation entre les solutions retenues et les contraintes des marchés ciblés, à savoir la pleine mer loin de tout moyen lourd de déploiement », explique l’entreprise ligérienne Geps Techno, qui pilote le consortium IHES (*) au travers duquel la plateforme a été développée.

Celle-ci est pour mémoire une centrale autonome hybride de production d’énergie. Elle génère principalement de l’électricité grâce aux mouvements de la houle, via la circulation en circuit fermé d’eau de mer et la conversion de cette énergie par une turbine basse vitesse ; mais aussi d’autres sources, comme ici des panneaux solaires. Long de 21 mètres pour une largeur de 14 mètres et une hauteur de 16 mètres, le prototype, construit en acier, adopte un design conçu comme une coque de bateau trimaran. Pesant 200 tonnes avec ses équipements (120 lège), sa puissance est de 150 kW, dont 20 kW de photovoltaïque.

La plateforme va maintenant être testée en conditions réelles au large du Croisic pendant 18 mois. Cette campagne permettra de « valider performance et fiabilité de l’installation mais également de calibrer les outils de conception associés. En outre, durant cette période, la plateforme embarquera d’autres tests de sous-systèmes (nouvelles génératrices, stockage d’énergie…), sous-systèmes qui bénéficieront ainsi de conditions privilégiées pour accéder à des tests en conditions réelles en mer. D’autre part, la plateforme servira de « maison-témoin » en permettant aux futurs clients de mieux appréhender les caractéristiques de la plateforme et sa capacité à répondre à leurs besoins en termes de production d’énergie mais aussi d’hébergement d’applications autonomes ».

Avec Wavegem, Geps Techno veut apporter une solution de productio, d'énergie propre pour alimenter des installations maritimes ou insulaires n’ayant pas accès au réseau électrique. Les premiers marchés ciblés pour ces plateformes sont, en tant que moyens auxiliaires de production d’énergie, l’offshore pétrolier et les énergies marines mais aussi les îles de petite taille en association ou non avec d’autres systèmes de production électrique.

(*) Le projet IHES, lancé en 2016, réunit 7 partenaires français dont Geps Techno, leader du programme, qui a imaginé, conçu, construit le flotteur et le système de production d’énergie, Ifremer qui a assuré les essais en bassin et le survey environnemental des essais en mer, SNEF qui a réalisé les installations auxiliaires du flotteur et le câblage de l’ensemble des installations, Chantiers de l’Atlantique qui a supervisé l’ensemble de la construction et coordonné les opérations logistiques de construction, Centrale Nantes qui a mis à disposition son site d’essais, Blue Solutions du groupe Bolloré qui a contribué à la définition du dispositif de stockage et fourni les super-capacités, l’Icam pour la conception et la réalisation d’une maquette du système houlomoteur. Le projet est financé par Bpifrance dans le cadre du Programme des Investissements d’Avenir, par la Région Pays de la Loire et par l’Union Européenne dans le cadre du programme FORESEA. Il a été labellisé par le pôle de compétitivité EMC2.