Science et Environnement
Un an de dérive arctique : dans les coulisses de l'expédition polaire MOSAIC

Focus

Un an de dérive arctique : dans les coulisses de l'expédition polaire MOSAIC

Science et Environnement

Comment réaliser une campagne scientifique embarquée d’un an au cœur de l’océan arctique en toute sécurité ? Comment ravitailler un navire bloqué dans les glaces boréales durant l’hiver ? Après onze années de préparation, une logistique gigantesque et un budget final chiffré à 150 millions d’euros, les scientifiques ont relevé le défi. Fin septembre 2019, le Polarstern, brise-glace scientifique du laboratoire allemand AWI (Alfred Wegener Institute, Helmholtz Centre for Polar and Marine Research), armé par les marins de la compagnie F.Laeisz, prend la mer pour treize mois de dérive près du pôle Nord. Le nom de la campagne: MOSAIC (Multidisciplinary drifting Observatory for the Study of Arctic Climate). A bord, plusieurs centaines de scientifiques internationaux se succèdent avec le même objectif : documenter les mécanismes climatiques de l’Arctique en couvrant tous les champs et disciplines possibles, durant une année entière. Ainsi, 125 ans après l’expédition du Fram lancée par Fridtjof Nansen (1893-1896), le navire s’est laissé dériver dans l’extrême nord arctique. Si le premier a mis 3 ans à sortir des glaces, le Polarstern en fut expulsé au bout de 10 mois. Retour sur une aventure maritime hors norme. Un article de Daphné Buiron pour Mer et Marine.

 

Au cours de la campagne MOSAIC, plus de 300 scientifiques internationaux se sont relayés à bord du Polarstern en hivernage pour documenter le climat de l’arctique en plein cœur de l’hiver (© Alfred-Wegener-Institut / Stefan Hendricks)

Au cours de la campagne MOSAIC, plus de 300 scientifiques internationaux se sont relayés à bord du Polarstern en hivernage pour documenter le climat de l’arctique en plein cœur de l’hiver (© Alfred-Wegener-Institut / Stefan Hendricks)

 

L’idée de MOSAIC est née en 2009, dans des laboratoires allemands et américains. Elle réunit rapidement un consortium de plus de 20 pays. Son objectif : déterminer comment le changement climatique remodèle l’Arctique et trouver des moyens d’améliorer les prévisions climatiques mondiales. L’Arctique, sentinelle du climat, subit de plein fouet le réchauffement global. En témoignent la diminution drastique de l’étendue de glace de mer année après année, la fonte des calottes glaciaires, le

Arctique et Antarctique | Actualité maritime des zones polaires