Vie Portuaire
Yamal : Montoir vise un trafic de 5 à 6 millions de tonnes avec le GNL sibérien

Actualité

Yamal : Montoir vise un trafic de 5 à 6 millions de tonnes avec le GNL sibérien

Vie Portuaire

Après le premier transbordement réussi entre un navire brise-glace provenant de Yamal LNG et un méthanier classique la semaine dernière (voir notre article détaille), le terminal Elengy de Montoir-de-Bretagne devrait rapidement renouveler l’opération. Après ces manœuvres effectuées sur le marché spot, le vrai démarrage du trafic doit intervenir au printemps. C’est en effet à cette période, sans doute en avril, que Montoir réalisera un premier transbordement dans le cadre du contrat conclu entre le groupe Engie et le Russe Novatek, actionnaire principal de Yamal LNG.

Cette année, le terminal sibérien devrait expédier vers l’estuaire de la Loire une dizaine de méthaniers brise-glace, dont les cargaisons seront directement transbordées sur d’autres navires, chargés d’acheminer le GNL aux clients finaux. Montoir, comme Zeebrugge, agit ainsi comme un hub de d’éclatement au profit du gaz produit au nord de la Russie. Une activité qui va ensuite monter en puissance, avec en ligne de mire un triplement des escales dans les deux ans, soit une trentaine de bateaux. « L’objectif est toujours d’atteindre un trafic de 5 à 6 millions de tonnes à l’horizon 2020 », explique-t-on au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, où l’on souligne que « l’opération de transbordement qui s’est déroulée la semaine dernière est une vraie prouesse technique de la part des équipes d’Elengy. Mais cette double escale, préparée de très longue date, est également un succès de tous les opérateurs portuaires, des pilotes aux lamaneurs en passant par le remorquage puisque Boluda a mobilisé le 10 janvier, jour de l’accueil des deux méthaniers, l’ensemble de ses 7 coques ».

Pour le GPMNSN, cette nouvelle activité est de première importance puisqu’elle va soutenir le redressement du trafic de GNL, malmené ces dernières années et qui reprend enfin des couleurs. Tombé à seulement 855.000 tonnes en 2015, il a dépassé 1.7 million de tonnes en 2016 et a atteint l’an passé les 2.6 millions de tonnes. Avec le gaz de Yamal, Montoir devrait si tout va bien rapidement retrouver, puis dépasser, le niveau qui était le siens à la fin des années 2000, où 5 millions de tonnes de GNL étaient traitées chaque année. D’autant qu’en plus de ce trafic, on constate depuis peu un retour des escales traditionnelles de méthaniers, avec par exemple quatre navires encore attendus d’ici la fin janvier à Montoir. 

 

Port de Nantes Saint-Nazaire