Construction Navale

Actualité

YESS : Un yacht électrique pour la Seine

Construction Navale

En attendant que son projet de Nouveau paquebot France puisse voir le jour, Didier Spade va faire construire pour Paris Yacht Marina, enseigne de sa société Seine Alliance, un navire électrique destiné à être exploité depuis Paris. La découpe de la première tôle de YESS, acronyme signifiant Yacht Electrique Sur Seine, est prévue début septembre au chantier Vandenbossche de Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Elle aurait dû initialement intervenir l’an dernier mais le chantier, tout comme d’ailleurs les bureaux de Seine Alliance, situés au port de Grenelle à Paris, ont été sérieusement touchés par la crue de la Seine, nécessitant la remise en état des installations et donc le retard des projets en cours.

Long de 33 mètres et capable d’accueillir jusqu’à 80 passagers, YESS, dont le lancement est aujourd’hui prévu pour la fin 2019, sera un navire « 0 émission ». Il disposera de batteries lithium-ion qui fourniront l’énergie du bord (climatisation, éclairage, cuisine…) et celle des systèmes de navigation, dont la propulsion, avec un moteur électrique et des propulseurs fournis par Hydro Armor. Afin d'éliminer les problématiques de puissance disponible et de rendement de la propulsion électrique, une solution a été trouvée grâce à l'emploi de pompes et de pods hydrauliques. « Le moteur électrique tourne en permanence à sa vitesse nominale. Donc le rendement est toujours optimum. Il n’y a pas de variateur de fréquence dans la chaine cinématique. Il n’y a donc pas de risque de faiblesse lié à la défaillance d’un composant électronique. La variation de la vitesse de l’hélice s’effectue directement par la variation du débit de la pompe hydraulique. La puissance maxi est immédiatement disponible tout en ayant la possibilité de régler le débit de la pompe pour faire tourner l’hélice à faible vitesse. L’hélice est quant à elle mue par un moteur hydraulique, pivotant pour assurer la giration, situé dans une embase sous le bateau. Ce dispositif n’intègre aucun engrenage et donc les phénomènes d’usure que l’on rencontre dans des chaines à pignons sont inexistants », détaille Seine Alliance.

Un système de recharge à quai permettra de reconstituer l’autonomie du bateau d’une croisière à l’autre. « Jusqu’à 30% de la recharge pourra s’effectuer avec des dispositifs de production électrique intégrés au bateau grâce notamment au photovoltaïque et à l’éolien. Ce gain d’indépendance énergétique participe également de la protection de notre environnement par la suppression du gasoil et donc de l’émission de particules fines dans l’atmosphère ».

 

YESS (© : SEINE ALLIANCE)

 

L’autonomie de YESS sera de 3 heures, sachant que la durée moyenne d’un dîner-croisière sur la Seine est d’environ 2h30. « Le bateau sera destiné à des croisières événementielles de 20 à 80 personnes, mais il est également conçu pour une utilisation "Yacht" avec des groupes plus intimes de moins de 10 personnes », explique Didier Spade. Pour le patron de Seine Alliance : « Aujourd’hui, la technologie disponible permet de remplir pleinement le cahier des charges d’un bateau électrique de taille intermédiaire destiné aux croisières parisiennes ; notre but est de démontrer la fiabilité, la sécurité et l’autonomie du dispositif électrique afin d’inciter les armateurs à opter pour ce type de propulsion quand leur activité le leur permet ».

En plus d'éviter toute émission polluante, le recours à l’électrique pour la partie énergie/propulsion présente deux autres avantages majeurs : l’absence d’odeur et de bruit, ce qui améliore le confort des passagers et réduit encore l’impact du bateau sur son environnement, mais aussi les nuisances aux riverains habitant en bord de Seine.

 

YESS (© : SEINE ALLIANCE)

 

YESS sera toutefois doté d'une propulsion auxiliaire classique, « qui peut soit fonctionner en secours en cas de défaillance de la propulsion électrique, soit être utilisée pour des trajets longs, par exemple pour aller au rassemblement des Grands Voiliers à Rouen ou au Havre, ou tout autre événement délocalisé ».

Les architectes ayant dessiné le navire sont Romain Scolari Design et Arva architecture.

YESS sera le septième navire réalisé depuis la création de Seine Alliance en 1990. Parmis eux, des bateaux à roues inspirés de ceux qui naviguent sur le Mississippi, le River Palace et son style Art déco ou encore le Clipper Paris avec son design de yacht traditionnel.

 

Paris Yacht Marina (© : SEINE ALLIANCE)