Aller au contenu principal

Le tour opérateur français Rivages du Monde a enfin pu débuter ses croisières à bord de son tout nouveau navire maritime, le World Explorer, qu’il affrète 200 jours par an au groupe portugais Mystic dans le cadre d’un contrat quinquennal. Initialement, ce bateau devait faire ses débuts sur le marché francophone en 2021 mais la crise sanitaire a reporté d’un an sa mise en service chez Rivages du Monde. Il a finalement commencé en mars dernier sa saison inaugurale avec des croisières à Madère et dans l’archipel des Açores, avant de se repositionner en Europe du Nord pour passer l’été entre la Norvège, l’Ecosse, l’Islande et le Groenland. Ce faisant, le World Explorer a longé en mai les côtes françaises. L’occasion pour Mer et Marine d’embarquer quelques jours à bord pour vous faire découvrir cette nouvelle unité.

Chez Rivages du Monde, le World Explorer succède à l’Astoria, vénérable navire de 160 mètres de long pour 21 de large, 15.600 GT de jauge et 277 cabines. L’ancien cargo-mixte suédois Stockholm, construit en 1948 et refondu en paquebot au début des années 90, a été affrété entre 2016 et 2019 par le tour opérateur français, qui a pu avec lui développer son offre de voyages maritimes en plus de son activité historique dans les croisières fluviales. Mais le vieil Astoria arrivait en bout de course et Rivages du Monde, qui l’aurait exploité jusqu’en 2020 s’il n’y avait pas eu la pandémie, voulait monter en gamme. D’où l’arrivée du World Explorer.

Ce navire neuf, qui n’a navigué que quelques mois avant la crise sanitaire, a été livré en juillet 2019 par le chantier WestSea de Viano do Castelo, au Portugal. C’est le premier d’une série de sept navires d’expédition commandés par le groupe Mystic, qui les exploite au profit de ses filiales Nicko Cruises et Atlas Ocean Voyages ou à l’affrètement pour des opérateurs extérieurs. 

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

Long de 126 mètres pour une largeur de 19 mètres, une hauteur de 28.5 mètres au-dessus de la ligne de flottaison et un tirant d’eau de 4.7 mètres, le World Explorer affiche une jauge de 9923 GT et peut accueillir jusqu’à 200 passagers, servis par 111 membres d’équipage. Une capacité réduite chez Rivages du Monde à 180 clients maximum, des cabines étant réservées à l’équipe embarquée du tour opérateur et ses intervenants (amenant l’équipage et le personnel RDM à un total de 125 personnes). Car le TO français ne se contente pas d’affréter des navires, il y déploie son produit, qui se caractérise par la présence pendant chaque voyage d’une douzaine de ses salariés, du directeur de croisière au bureau des excursions, en passant par des personnels qui accompagnent les passagers lors des excursions et, à bord, les renseignent et s’assurent qu’ils ne manquent de rien. Une équipe dynamique et souriante très appréciée de la clientèle. S’y ajoutent des artistes, dont par exemple d’excellents musiciens et chanteurs, y compris d’opéra, qui se produisent en concert, mais aussi des scientifiques, historiens, écrivains et autres personnalités renommées qui animent quotidiennement des conférences lors de croisières thématiques ou des voyages d’expédition. Il peut aussi s’agir de chefs cuisiniers mettant leur patte au menu lors de traversées gastronomiques. La direction de Rivages du Monde est d’ailleurs très attentive à la qualité et la diversité des menus proposés à bord, où l’on mange particulièrement bien. Une autre de ses exigences est que le personnel hôtelier du navire soit francophone, d’où la présence de nombreux Tunisiens et Mauriciens au sein de l’équipage. L’opérateur ne choisit donc pas que les itinéraires des croisières qu’il propose. Il déploie un concept sur mesure, à bord du World Explorer comme à terre lors des excursions, pour proposer à ses clients français et belges notamment, un produit très qualitatif, tout en conservant l’ambiance conviviale qui a fait son succès et tranche avec l’atmosphère souvent guindée d’autres croisières du segment luxe.

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

 

Mais partons maintenant à la découverte de ce navire avec, pour commencer, ses cabines. Elles sont au nombre de 98, essentiellement réparties aux ponts 5 et 6, c’est-à-dire entre le pont 4 qui accueille le gros des espaces publics intérieurs et les ponts supérieurs (7 et 8). Le World Explorer compte une demi-douzaine de catégories de cabines et suites, dont la surface intérieure, c’est-à-dire hors balcon ou terrasse, varie de 17 à 34 m². La catégorie la plus nombreuse est la Deluxe balcon de 20 m² se prolongeant sur un balcon de 5 m² agrémenté de confortables fauteuils pour profiter de la mer. L’intérieur comprend un lit double face à un grand écran plat sur lequel on peut accéder à des chaines de télévisions, une sélection de films en accès libre, les caméras qui permettent de voir en permanence ce qui se passe autour du navire mais aussi différents services, dont le journal quotidien répertoriant toutes les activités du matin au soir et différentes informations pratiques, dont la météo. Sauf s’il est expressément demandé, ce document n’est plus imprimé et déposé chaque jour en cabine comme c’était le cas auparavant. Cela, pour limiter la consommation de papier et d’encre. Une mesure économique et environnementale. De même, les bouteilles d’eau à usage unique sont désormais bannies, des récipients en verre avec eau plate et eau gazeuse étant remplis chaque jour par le personnel assurant le ménage de la cabine, qui réapprovisionne gracieusement également en thé et café (machine à capsules) l’espace salon. Il en va de même pour les produits L’Occitane de la belle salle de bain ou de douche. Ces cabines au design très réussi se révèlent aussi pratiques que confortables.

Aller plus loin

Rubriques
Croisières