Aller au contenu principal

Le second navire de Croisières de France a achevé le week-end dernier sa première saison aux couleurs de la marque française du groupe Royal Caribbean. Du 12 avril au 15 novembre, au départ de Marseille, le Zenith a effectué 28 traversées sur une dizaine d’itinéraires en Méditerranée, y compris des mini-croisières. « L’arrivée de ce second navire est une réussite. La saison s’est très bien passée et nous avons atteint notre objectif de doubler de volume, ce qui est un véritable challenge et quelque chose d’assez unique, en ce moment, dans l’industrie du tourisme », se félicite Antoine Lacarrière, directeur général de Croisières de France. Ainsi, la compagnie va atteindre cette année 100.000 passagers, contre 55.000 en 2013, où elle n’exploitait que l’Horizon, sistership du Zenith. Autre bonne nouvelle pour CDF : l’amélioration de sa rentabilité. Malgré un marché très concurrentiel et la nécessité de doubler les ventes, la profitabilité a augmenté de 12%, ce qui est notamment passé par une légère augmentation des tarifs, en ligne avec le positionnement de CDF. « Nous avons besoin de sortir des premiers prix que pratiquent les opérateurs exploitant de très grands paquebots. Nos navires sont plus petits et le coût de production est plus élevé. De ce fait, nous devons nous différencier par un produit spécifique ».

 

Le succès des embarquements dans les ports français

 

La compagnie continue donc d’axer sa stratégie sur la francophonie, la qualité du service, la nourriture et les itinéraires, avec une offre qui s’est considérablement accrue cette année. L’arrivée du Zenith a, en effet, permis d’exploiter l’Horizon vers de nouvelles régions, notamment l’Europe du nord. « Les départs de Calais ont très bien fonctionné et c’est un atout de pouvoir proposer à nos clients des embarquements dans les ports français, que ce soit à Calais pour le Nord, à Marseille pour la Méditerranée mais aussi en Martinique et en Guadeloupe. La saison aux Antilles, qui va commencer début décembre, est d’ailleurs très prometteuse, notamment vis-à-vis des consommateurs locaux, que notre produit francophone séduit ». Séduits par le fait qu’on parle Français à bord de l’Horizon, mais aussi du fait que la compagnie pratique encore, cet hiver, le « tout inclus » avec les boissons.

 

La fin de la gratuité des boissons  

 

Une politique qui va changer à compter d’avril 2015, date à laquelle CDF abandonnera la formule tout inclus qui prévalait depuis sa naissance en 2008. Cette décision, difficile, a provoqué quelques remous au sein de la clientèle, certains passagers s’en prenant assez vigoureusement à la compagnie sur les réseaux sociaux. Il faut néanmoins reconnaitre que le concept atteignait ses limites et qu’au fil du temps, la qualité de cette prestation semblait baisser. « Le tout inclus devenait trop générique, il n’y avait pas assez de marques, les quantités étaient faibles et, autour des piscines, on en venait parfois aux verres en plastiques », note Antoine Lacarrière. CDF a donc souhaité améliorer cette qualité en mettant en place des formules payantes. « Ces forfaits tout inclus, qui seront en vigueur à partir du 12 avril 2015, démarrent à partir de 15 euros par jour. C’est le prix le plus bas du marché pour une formule qui ne comprend que des marques de qualité, un service spécifique et des quantités qui passent de 22 à 33 cl. Nous avons également une formule premium, qui comprend le champagne, à 30 euros par jour. Nos clients auront donc le choix et verront la prestation augmenter en qualité ».  

Pour la suite, CDF va donc continuer de travailler sur l’amélioration et la différenciation de son produit, notamment par rapport aux deux leaders du marché français que sont Costa et MSC, dont les flottes sont en grande partie constituées de grands paquebots modernes.

 

Maintenir la croissance après 2015

 

Et attendant que son développement puisse permettre, à l’avenir, une éventuelle construction neuve conçue dès l’origine pour son concept, CDF s’appuie sur deux navires qui ont certes près de 25 ans (l'Horizon et le Zenith datent de 1990 et 1992), mais qui ont été bien rénovés ces dernières années, demeurent très agréables et présentent encore de nombreux atouts. Alors que Croisières de France compte atteindre en 2015 le cap des 110.000 passagers, une nouvelle phase de croissance pourrait intervenir l’année suivante, si la compagnie obtient un troisième navire de sa maison-mère Pullmantur, filiale de Royal Caribbean Cruises Ltd. Des études sont en cours pour un paquebot d’environ 900 cabines pourvu d’un nombre plus important de balcons que les Horizon et Zenith. Tout dépendra, bien entendu, des opportunités de  transfert au sein de la flotte de RCCL, ainsi que de l’évolution du marché français et de la progression que CDF enregistrera sur celui-ci. 

Aller plus loin

Rubriques
Croisières
Dossiers
CDF Croisières de France