Aller au contenu principal

Les premiers cas coronavirus à bord d’un navire de croisière ont été confirmés sur le Diamond Princess, placé avec un peu plus de 3700 passagers et membres d’équipage en quarantaine au Japon. Le navire de la compagnie américaine Princess Cruise (groupe Carnival), arrivé le 3 février à Yokohama, avait été immédiatement mis à l’isolement afin d’être minutieusement inspecté par les autorités sanitaires nippones. Ces dernières avaient en effet appris qu’un passager présent sur le navire du 20 au 25 janvier avait développé la maladie six jours après son débarquement à Hong Kong. Des tests ont été réalisés sur 273 personnes présentent sur le Diamond Princess et 10 au moins se sont révélés positifs. Les personnes infectées ont été débarquées et hospitalisées. Quant au paquebot, qui avait été placé au mouillage devant le port de Yokohama, il a reçu l’ordre d’appareiller et de faire des ronds dans l’eau au large. Les autorités japonaises ont imposé une quarantaine de 14 jours, durant lesquels toutes les personnes présentes à bord devront y rester, sauf urgence médicale.

 

126076 diamond princess yokohama japon
© PRINCESS CRUISES

Le Diamond Princess (© : PRINCESS CRUISES)

 

Pendant ce temps, une situation potentiellement similaire se déroule à Hong Kong qui, épargné jusqu’ici, a annoncé hier la fermeture de ses deux terminaux dédiés à la croisière. Un paquebot est là aussi placé en quarantaine, cette fois le World Dream de la compagnie asiatique Dream Cruises (groupe Genting). Comme pour le Diamond Princess, ce navire a apparemment accueilli des passagers qui ont développé la maladie après leur croisière à bord, du 19 au 24 janvier. Plusieurs dizaines de membres d’équipage, qui ont fait part de toux et fièvres, font l’objet de tests médicaux pour savoir s’ils sont atteints par le coronavirus. Il y a à bord environ 3500 personnes, dont près de 2000 passagers. En attendant le résultat des tests, le navire est placé à l’isolement.

 

195090 World Dream à Hong Kong Dream Cruises chine
© MER ET MARINE - KI

Le World Dream à Hong Kong - archives (© : MER ET MARINE - KI)

 

Pendant ce temps, et malgré le fait que l'épidémie de coronavirus sévit pour le moment uniquement en Chine continentale (les autres cas décelés dans le monde ne constituant pas à ce stade des foyers d'épidémie), la psychose continue de gagner certaines destinations. En dehors de l'Asie du sud-est, où l'activité croisière est évidemment réduite et complètement à l'arrêt en Chine, des paquebots sans pourtant de cas avérés ou même suspicion de maladie à bord ont été empêchés de faire escale sous la pression des populations locales, qui craignent de les voir apporter le coronavirus. Deux navires de Carnival Cruise Lines ont ainsi été refoulés à Maré, en Nouvelle-Calédonie, alors que l’AIDAperla, de la compagnie allemande AIDA Cruises actuellement exploité dans les Caraïbes, n'a pas pu s'arrêter comme prévu en Dominique et à Sainte-Lucie. Idem pour le Westerdam d'Holland America Line qui s'est vu refuser son escale aux Philippines puis au Japon. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Croisières