Aller au contenu principal

Le Diamond Princess, paquebot de 116.000 GT de jauge et 1335 cabines de la compagnie américaine Princess Cruises, a été confiné au mouillage devant le port de Yokohama, au Japon, à son arrivée hier matin. Le navire a été placé en quarantaine par les autorités sanitaires nippones afin d’être minutieusement inspecté. Une décision liée au coronavirus. Si aucun cas suspect n’a été signalé à bord, un passager présent sur le navire du 20 au 25 janvier a cependant développé selon les informations japonaises la maladie six jours après son débarquement à Hong Kong. L’homme, âgé de 80 ans, était monté sur le Diamond Princess à Yokohama. Il était donc probablement porteur du virus lors de sa croisière, et potentiellement contagieux, ce qui a conduit les autorités japonaises à lancer une inspection sanitaire. Hier soir, le Diamond Princess était toujours au mouillage.

 

126076 diamond princess yokohama japon
© PRINCESS CRUISES

Le Diamond Princess (© : PRINCESS CRUISES)

 

Dans le même temps, on apprenait que deux autres paquebots avaient été empêchés de faire escale au cours du week-end à Maré, dans l’archipel calédonien des îles Loyauté. Cette fois, c’est une partie de la population qui a fait pression pour empêcher la venue des Carnival Splendor (113.000 GT, 1500 cabines) et Carnival Spirit (88.500 GT, 1060 cabines). Motif : les habitants redoutent que les milliers de passagers embarqués sur ces navires en provenance d’Australie n’apportent avec eux le coronavirus (aucun cas n'étant signalé sur ces bateaux). Face à ce mouvement, débuté quelques jours avant la venue des paquebots, l’agent de la compagnie, après discussion avec les autorités locales, a convaincu l’armateur d’annuler ces escales, tout comme apparemment celles prévues cette semaine. 

Sitôt l’épidémie de coronavirus connue, les compagnies de croisière ont mis en place différentes mesures préventives. Elles ont été sensiblement renforcées le 31 janvier, au lendemain de l’immobilisation dans le port italien de Civitavecchia du Costa Smeralda avec plus de 6600 passagers et membres d’équipage à bord. Cette mesure faisait suite à la découverte d’un cas suspect, qui après analyse s’est finalement révélé n’être qu’une grippe commune.

 

Aller plus loin

Rubriques
Croisières