Aller au contenu principal

De nouveau design émergent en Norvège en matière de navires de croisière et de yachts d’exploration. Un marché de niche qui intéresse de plus en plus de constructeurs. Il faut dire que les voyages d’expédition sont à la mode et se développent. Mais la flotte est généralement ancienne et les niveaux de sécurité, notamment dans les zones polaires, pas toujours aux standards les plus élevés. Alors que la règlementation sur les émissions polluantes se durcit dans les zones sensibles, à commencer par les régions polaires, certains opérateurs vont être contraints de renouveler leurs bateaux. Dans le même temps, d’autres sont obligés de s’aligner sur la concurrence, certaines compagnies, à l’image de Ponant en France, s’étant dotées ces dernières années de navires modernes. L’Allemand Hapag-Lloyd Cruises réfléchit par exemple à la succession du Bremen et de l’Hanseatic. Il y a aussi des armateurs, comme le Norvégien Hurtigruten, qui disposent de navires récents mais devront à plus ou moins court terme construire de nouvelles unités spécialisées pour soutenir leur développement.

 

103537 ulysseas
© STX FRANCE

Le concept Ulysseas (© : STX FRANCE)

 

Quatre à cinq commandes pour la croisière d’ici 2020

Dans le domaine des croisières d’expédition, le marché est estimé à quatre ou cinq commandes d’ici 2020. Dans cette perspective, certains chantiers se positionnent. STX France a, ainsi, dévoilé au mois de mars Ulysseas, un concept très travaillé spécialement imaginé pour les voyages d’exploration, notamment en zones polaires (voir notre article détaillé sur le sujet). A l’occasion du salon Nor-Shipping d’Oslo, qui s’est déroulé la semaine dernière, Ulstein a quant à lui créé la surprise en présentant pour la première fois un navire de croisière adoptant son design X-Bow à étrave inversée.

 

109754 ulstein
© ULSTEIN

Navire de croisière imaginé par Ulstein (© : ULSTEIN)

 

Ulstein adapte son design X-Bow

Le chantier norvégien ne présente pour l’heure qu’un modèle sans caractéristiques techniques mais ce concept signifie qu’il s’intéresse désormais au sujet. Et montre qu’après avoir décliné le X-Bow en différentes versions pour le marché offshore, il est également possible d’adapter ce design à la croisière. L’idée d’Ulstein est d’utiliser son savoir-faire et l’expérience acquise dans l’offshore pour proposer un bateau fiable, robuste et efficace, avec une grande stabilité et des caractéristiques répondant aux contraintes très élevées des navigations en zones polaires. L’objectif est également de proposer une plateforme dont l’emprunte écologique est minimale, en ayant recours par exemple à des énergies renouvelables, comme des panneaux solaires, ou encore une propulsion hybride électrique avec des parcs de batteries.

 

109756 ulstein
© ULSTEIN

Navire de croisière imaginé par Ulstein (© : ULSTEIN)

 

La grande plaisance

A partir de la même plateforme, Ulstein a également présenté un design de yacht d’exploration capable lui-aussi d’évoluer vers les pôles. Un modèle assez racé et futuriste qui reprend l’idée des vastes ponts de travail des navires offshore pour y loger différents équipements, dont de grandes annexes.

 

109753 ulstein
© ULSTEIN

Yacht d'exploration imaginé par Ulstein (© : ULSTEIN)

109750 ulstein
© ULSTEIN

Yacht d'exploration imaginé par Ulstein (© : ULSTEIN)

 

Différent de celui de la croisière, le marché des yachts d’exploration touche à la fois le désir de riches propriétaires de découvrir des régions reculées mais aussi certains concepts impliquant dans le même temps des projets scientifiques. A l’instar de la croisière, ce segment est lui aussi assez étroit mais les quelques commandes qu’il génère constituent souvent de complexes mais très beaux contrats pour les chantiers. En France, la première expérience du genre vient de se concrétiser avec le Yersin, un navire de 76 mètres réalisé pour François Fiat par Piriou.

 

106975 piriou yersin
© PIRIOU

Le Yersin (© : PIRIOU)

 

Mais le plus ambiteux projet du moment voit le jour en Norvège, où Kleven s’est attaqué à de très gros morceaux. L'homme d'affaires néo-zélandais Graeme Hart lui a en effet commandé deux grands yachts d’exploration de 107 et 116 mètres. Mis à l'eau en août 2014, le premier, Ulysses, doit être livré cet été alors que le second navire doit être achevé par Kleven en juin 2016.  

 

72991 kleven
© KLEVEN

Le yacht de 116 mètres que va réaliser Kleven (© : KLEVEN)

Aller plus loin

Rubriques
Croisières Construction navale