Aller au contenu principal

Parti de Marseille le 19 mars en remorque de l’Ionion Pelagos, le paquebot Antic (ex-Atlantic Star de Pullmantur) a changé de destination. Le convoi, qui indiquait la semaine dernière faire route vers Suez, a discrètement bifurqué vers Aliaga, en Turquie, où il est apparemment arrivé hier. L’hypothèse d’un démantèlement dans un chantier turc du vieux navire, qui contient de l’amiante, semble donc se confirmer. Le 22 mars, l’Ionion Pelagos et l’Antic étaient annoncés comme se dirigeant vers Port Saïd, laissant imaginer un transfert chez les ferrailleurs indiens. Dès lors, Robin des Bois avait alerté l’opinion publique et prévenu les associations indiennes de ce que l’association considère comme nouveau cas d’exportation illégale de déchets : « Vers l’Inde ou la Turquie, le dernier voyage de l’Atlantic Star est entaché d’illégalité. L’Espagne, Malte, la France se sont organisées pour ne pas assumer leurs responsabilités au regard de la réglementation européenne sur l’exportation  de déchets dangereux. Le départ de l’Atlantic Star n’a pas fait l’objet de notification en application de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et de leur élimination ».

 

 

Comment se débarrasser d’une vielle coque amiantée

 

 

Construit à La Seyne-sur-Mer en 1984, l’ex-Atlantic Star est resté immobilisé deux ans à Marseille. Exploité auparavant par la compagnie espagnole Pullmantur, le navire devait, pour reprendre son activité, bénéficier d’une remotorisation (changement des vielles chaudières par des moteurs diesels). Mais les travaux n’ont pas été réalisés et Pullmantur n’est pas parvenue à trouver de repreneur. Fin décembre 2012, en marge de la signature par le groupe américain Royal Caribbean (maison-mère de Pullmantur) de la commande d’un troisième paquebot géant de la classe Oasis of the Seas à Saint-Nazaire, on apprenait le transfert de propriété de l’Atlantic Star au groupe sud-coréen STX Corporation, actionnaire majoritaire, via la société norvégienne STX Europe, du chantier nazairien. D’après Robins des Bois, le navire aurait en fait été cédé à Skandinor, une filiale de STX Europe, avant d’atterrir en bout de course chez la société Belinda Shipholding Corp, basée aux îles Marshall. Celle-ci aurait repris début mars le bateau, qui a alors quitté le registre maltais pour être ré-immatriculé au Togo, changeant au passage de nom pour devenir Antic. Selon Robin des Bois, Belinda « sert uniquement de plate-forme de revente pour la démolition de vieux navires à passagers européens. En 2009, elle avait pris possession du Kapetan Alexandros A, vieux ferry construit au Royaume-Uni en 1962, appartenant à un armateur grec et battant pavillon maltais. La Belinda Shipholding Corp l’avait immédiatement rebaptisé Alexandros, fait passer sous pavillon Sierra Leone avant de l’envoyer pour démolition en Turquie ».

 

 

73250 atlantic star
© CREATIVE COMMONS

Le convoi à son départ de Marseille le 19 mars (© CREATIVE COMMONS)

 

 

« Sociétés fantômes » et « pavillons corbillards »  

 

Devant cette situation, l’association ne cache pas sa colère : « Ce montage illustre jusqu’à la caricature les pratiques des armateurs européens pour s’exonérer de leurs responsabilités au moment du dernier voyage de leurs navires : vente à des sociétés fantômes et transferts sous des pavillons corbillards, comme le Togo, Saint-Kitts-Et-Nevis, la Moldavie, Tuvalu, Sierra Leone ou les Comores et démolition en Inde, en Turquie, au Pakistan, au Bangladesh ».

Aller plus loin

Rubriques
Croisières