Aller au contenu principal

Les finances publiques grecques ne permettent pas de payer l'enlèvement de l'épave du paquebot Sea Diamond, qui a sombré le 6 avril 2007 dans la caldera de Santorin. C'est ce qu'a annoncé le ministère grec des Transports, qui évalue le coût de l'opération à 150 millions d'euros et a renvoyé le problème aux assurances et à Louis Cruises, l'armateur du navire. Ce dernier rejette toute responsabilité concernant le naufrage du Sea Diamond, qui avait coulé après avoir heurté un récif devant Mesa Gialos. La compagnie va, néanmoins, financer à hauteur de 6 millions d'euros les opérations sous-marines destinées à vider les soutes du navire, qui contiendraient encore 113 m3 d'hydrocarbures. Ce chantier, qui va mobiliser des robots télé-opérés, devrait être achevé d'ici l'été. On notera que la perte du Sea Diamond aurait coûté à Louis Cruises plus de 12 millions d'euros en frais de dépollution, ainsi qu'une amende de plusieurs millions d'euros pour pollution maritime. Pour mémoire, le naufrage du Sea Diamond avait provoqué la mort de deux passagers français, coincés à bord alors que le bateau prenait de la gîte et s'enfonçait sous les eaux. 1195 passagers et 391 membres d'équipage avaient pu, en revanche, être évacués. Le Sea Diamond était devenu en 2006 le 13ème navire de l'armement. Construit en 1986 sous le nom de Birka Princess, il affichait une jauge de 22.42 tonneaux et disposait de 584 cabines. br>Le site du naufrage entouré d'un barrage flottant en 2008 (© : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF)

Aller plus loin

Rubriques
Croisières
Dossiers
Celestyal Cruises