Aller au contenu principal

Alors que les rumeurs vont bon train, on devrait en savoir plus, prochainement, sur la nouvelle stratégie de Louis Cruises. L'armateur grec semble traverser une période de turbulences ou, du moins, de remise en cause profonde de sa politique de développement. Alors que l'avenir de ses bureaux en Angleterre et en Allemagne serait menacé, Louis Cruises a, malheureusement, décidé de réduire la voilure en France, quelques mois seulement après avoir déployé sur le marché hexagonal de nouveaux moyens. Et ce, alors que les résultats sont bons, avec 35.000 passagers accueillis depuis le début de l'année. L'équipe mise en place début 2011 va être réduite et, dans un contexte de forte concurrence dans le port des Bouches-du-Rhône, la compagnie renonce à baser des navires au départ de Marseille en 2012. L'Orient Queen (© : LOUIS CRUISES) Maintient dans le terminal de Marseille Connue un peu avant l'été, l'absence du Louis Majesty, qui devait être positionné au départ de la cité phocéenne cet hiver, est accompagnée du retrait de l'Orient Queen et du Coral. La compagnie annonce néanmoins qu'elle maintiendra sa participation, aux côtés de Costa et MSC, dans Marseille Provence Cruise Terminal (MPCT), société exploitant depuis 2009 le terminal croisière de Marseille. Car, si l'armateur, face au gros temps, rapatrie l'essentiel de ses moyens en Grèce, il n'abandonne pas le marché français, où il est bien présent. La promotion dans l'Hexagone des croisières proposées en Grèce se poursuivra, en attendant de revenir sur Marseille avec de nouveaux navires, que la compagnie cherche à acquérir. « Nous espérons maintenir notre position sur le marché français à l'avenir, une fois que les capacités appropriées auront été trouvées. Malgré tout et comme nous l'avons fait jusqu'ici, nous poursuivons notre accord commun avec Costa et MSC pour l'exploitation du terminal croisière de Marseille, qui a une importance stratégique », a expliqué à Seatrade Insider Michalis Maratheftis, l'un des porte-paroles de Louis Cruises. Le Cristal (© : LOUIS CRUISES) Rationaliser la flotte La nouvelle stratégie de la compagnie semble porter, d'abord, sur la rationalisation de sa flotte. Datant de 1958 et 1967, les Emerald et Sapphire sont déjà désarmés, Louis cherchant à les céder. Nécessitant de gros travaux pour être remis en service, ces navires semblent plutôt destinés à la casse. Le reste de la flotte compte actuellement cinq bateaux en exploitation, dont trois anciens : Les Calypso (1967), Orient Queen (1968) et Coral (1977). Ces navires, bien que fonctionnant bien, sont susceptibles d'être progressivement sortis de flotte au profit de nouveaux navires. Louis Cruises, qui avait un temps évoqué des projets de constructions neuves, ne cache pas son ambition d'acquérir de nouvelles capacités, afin de moderniser son outil naval et compléter ses deux dernières acquisitions : Le Louis Cristal, construit en 1980 et acquis en 2007, ainsi que le Louis Majesty, construit en 1992 et repris en 2009. Concernant les itinéraires, Louis Cruises devrait donc se concentrer, dans l'année qui vient, sur le marché grec. Le Louis Majesty poursuivra en 2012 ses mini-croisières au départ du Pirée, alors que l'Orient Queen pourrait être positionné sur le marché chypriote. Mais la compagnie projette quand même, en cette période délicate, un beau développement à l'international. Selon notre confrère Michel Bagot, le Louis Cristal pourrait, en effet, être basé à Cuba en 2012.

Aller plus loin

Rubriques
Croisières
Dossiers
Celestyal Cruises