Aller au contenu principal

Pour la première fois depuis presque 19 mois (avec le MSC Meraviglia en janvier 2019), la rade de Toulon a accueilli hier un premier paquebot en escale commerciale. Il s’agit du Mein Schiff 2, de la compagnie allemande TUI Cruises, un navire de 315 mètres de long pour 36 mètres de large et 111.500 GT de jauge livré début 2019 par le chantier finlandais Meyer Turku. Doté de 1437 cabines, il peut accueillir jusqu’à 3132 passagers, servis par 1092 membres d’équipage. Mais en cette période de crise sanitaire, la capacité est évidemment réduite. Le Mein Schiff 2, actuellement armé par 809 personnels, est ainsi arrivé au môle de La Seyne-sur-Mer avec à son bord 1355 passagers, ce qui n’est pas si mal dans le contexte actuel.

 

Diaporama orphelin : container

 

261157 delfin la seyne yacht mein schiff 2 ss delphine
© JEAN-LOUIS VENNE

Le Mein Schiff 2 au terminal croisière de La Seyne hier (© : JEAN-LOUIS VENNE)

261183 la seyne mein schiff 2
© CCI DU VAR

La cérémonie organisée dans le terminal croisière pour marquer l'escale inaugurale (© : CCIV)

 

Alors qu’une petite cérémonie s’est déroulée dans le terminal croisière pour marquer l’escale inaugurale du navire, les clients ont pu profiter de la journée pour visiter la région en respectant le protocole français de lutte contre le Covid-19 et via des excursions sous forme de bulles sanitaires : « Les passagers, qui avaient tous subi un dépistage au moment de l'embarquement, avaient interdiction de visiter les abords de la rade par leurs propres moyens. 800 passagers avaient souhaité participer à des excursions à terre, dites "excursions bulles", encadrées, organisées par la compagnie et conçues pour minimiser le risque d'exposition en dehors des navires », explique l’autorité portuaire toulonnaise.

 

261184 la seyne mein schiff 2
© CCI DU VAR

Les passagers du Mein Schiff 2 partant en excursions en "bulles sanitaires" (© : CCIV)

261255 mein schiff 2 toulon
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

(© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

A la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var, on se félicite évidemment de la reprise de l’activité commerciale des coisières, alors que Toulon a servi depuis mars 2020 de port de repli à de nombreux navires sans activité, par exemple ceux de NCL. Pour le président de la CCIV, Jacques Bianchi, cette escale du Mein Schiff 2 à La Seyne « marque le redémarrage de l’activité dans notre rade après nous avoir fait défaut pendant de longs mois. Elle prouve bien l’attractivité qu’exerce notre territoire auprès de la cible des compagnies de croisière ». Avec cette visite du Mein Schiff 2, la rade toulonnaise retrouve en plus un client, TUI Cruises, qui n’était pas venu depuis plusieurs années. Peut-être le début d’un nouveau partenariat régulier. Le paquebot et sa clientèle allemande reviendront en tous cas à Toulon le 30 septembre. En attendant, le navire, qui venait de Livourne, a repris la mer dans la soirée pour poursuivre sa croisière en Méditerranée, avec Valence comme prochaine étape. 

 

261251 mein schiff 2 toulon
© JEAN-CLAUDE BELLONNE

Le Mein Schiff 2 quittant Toulon hier soir (© : JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Diaporama orphelin : container

 

Pour la suite, les perspectives demeurent ici comme ailleurs incertaines puisque la reprise du tourisme dépend toujours de l’évolution de la situation sanitaire et des contraintes pesant sur les voyages internationaux. En attendant des jours meilleurs, le port varois, qui avant la pandémie totalisait 80 à 90 escales de navires de croisière par an (pour 150 à 200.000 passagers), devrait accueillir une poignée d’autres paquebots d’ici la fin de l’année. Sont notamment prévus le Viking Jupiter au terminal du centre-ville de Toulon le 9 octobre et le Britannia à La Seyne le 15 octobre.

Si la situation continue de s’améliorer, 2022 devrait voir un retour à la normale. Les choses se présentent en effet très bien pour le moment puisqu’à ce jour, 87 escales croisières sont programmées dans la rade de Toulon, avec des navires de 16 compagnies différentes et un potentiel de plus de 180.000 passagers, contre 168.306 en 2019. Et fait notable de ces réservations : 84% de la clientèle des escales prévues l'année prochaine concernent selon la CCIV les marchés luxe et premium, ce qui confirme le positionnement du port sur le segment haut de gamme.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Croisières