Aller au contenu principal

Livré le 13 avril, le Contraalmirante Cordero, dernier des quatre patrouilleurs hauturiers du type OPV 87 commandés par l’Argentine à Naval Group, doit quitter en mai Concarneau. L’occasion de découvrir ce bâtiment qui, avec ses jumeaux, permet à l’Armada Argentina de renforcer sensiblement ses moyens dédiés à la surveillance et la protection de sa vaste zone économique exclusive. Cela, depuis les eaux chaudes de l’embouchure du Rio de la Plata jusqu’aux environnements polaires de l’océan Austral.

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le Contraalmirante Cordero à Concarneau

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Sur la plage avant du Contraalmirante Cordero

 

Long de 87 mètres pour une largeur de 14 mètres, le Cordero affiche un déplacement de 1650 tonnes en charge. Il peut accueillir jusqu’à 59 personnes, dont une quarantaine de membres d’équipage, qui ont à leur disposition des locaux vie modernes avec des postes bien aménagés et comme dans toutes les marines militaires différents carrés selon les grades.  

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

L'un des carrés du Contraalmirante Cordero

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

La cuisine du Contraalmirante Cordero

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Local technique à bord du Contraalmirante Cordero

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Porte étanche.

 

L’armement, entièrement téléopéré, comprend un canon de 30 mm Leonardo Marlin sur la plage avant, auquel s’ajoutent deux mitrailleuses de 12.7 mm Reutech Sea Rogue, placées en arrière des ailerons de passerelle. Ceux-ci communiquent grâce à des prolongements extérieurs à l’arrière comme à l’avant de manière à pouvoir faire entièrement le tour de la passerelle. L’artillerie peut couvrir à 360 degrés l’environnement du bâtiment, qui dispose également de moyens d’action non létaux, dont deux canons à eau placés sur chaque bord, sous les ailerons. Ils peuvent sur plusieurs dizaines de mètres projeter un puissant jet d’eau capable de dissuader l’approche d’embarcations ou de les repousser sans faire de blessés.

 

 

© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU

Le canon de 30 mm du Contraalmirante Cordero (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group Chantier Piriou