Aller au contenu principal

De retour de la mission Clemenceau 21, le porte-avions Charles de Gaulle n’est resté que quelques heures à la base navale de Toulon vendredi 4 juin. Arrivé en début de matinée, il a appareillé dès l’après-midi pour une campagne d’environ une semaine avec l’Ecole de l’aviation embarquée (EAE). Celle-ci va permettre de qualifier de nouveaux pilotes de chasse de l’aéronautique navale. Ils sont quatre à bord, deux jeunes pilotes de Rafale qui vont se qualifier aux appontages de jour et de nuit, et deux autres plus expérimentés qui vont redevenir des « hiboux » suite à leur qualification nocturne dans les jours qui viennent. Avant d’embarquer sur le Charles de Gaulle, ces pilotes ont réalisé, en mai, une campagne d’appontages simulés sur piste (ASSP), qui ne s’est pas déroulée sur la base d’aéronautique navale de Landivisiau mais a été délocalisée sur la base aérienne d’Istres.

Pour cette mission EAE, le porte-avions s’est séparé du gros de la vingtaine de Rafale Marine des flottilles 11F et 17F présente à bord pour le déploiement qui s'est achevé la semaine dernière. Les deux avions radar Hawkeye de la 4F sont également rentrés à leur base bretonne (Lann-Bihoué, les Rafale M étant basés à Landivisiau). Ne reste sur le Charles de Gaulle que les hélicoptères (un Caïman et deux Dauphin) ainsi que six

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale