Aller au contenu principal

Cette image, c'est celle de la marine française de demain. Vendredi, la frégate Aquitaine a accueilli, à l'ouvert du goulet de Brest, le patrouilleur L'Adroit. Peu avant, ce dernier avait échangé un salut, au large de la pointe du Minou, avec le VN Partisan, à coup de canons à eau. Tous deux en essais, l'Aquitaine et L'Adroit symbolisent le renouveau des bâtiments de combat de la Marine nationale. Tête de série du programme FREMM, l'Aquitaine, qui a regagné Lorient ce week-end, doit être livrée l'an prochain par DCNS, qui a également réalisé L'Adroit sur son site morbihannais. L'Adroit (© : MICHEL FLOCH) Contrairement à l'Aquitaine et ses 9 futurs sisterships, qui font l'objet d'une commande de la part de l'Etat, ce patrouilleur a été réalisé sur fonds propres par DCNS, qui souhaitait construire un prototype pour sa nouvelle gamme Gowind de corvettes et patrouilleurs hauturiers (OPV). Dans le cadre du programme Hermès (dont le navire porte le nom jusqu'à ce qu'il rejoigne la marine), L'Adroit a donc été financé par DCNS et, pour que le concept soit éprouvé à la mer, sera mis à disposition de la flotte française entre 2012 et 2015. Qu'il s'agisse de FREMM ou de Gowind, le groupe naval français fonde de grands espoirs dans ces deux nouveaux produits, proposés non seulement sur le marché national, mais également à l'export. Le VN Partisan et L'Adroit (© : MICHEL FLOCH) L'Aquitaine (© : MICHEL FLOCH) L'Aquitaine (© : MICHEL FLOCH) L'Aquitaine (© : MICHEL FLOCH) L'Aquitaine (© : MICHEL FLOCH) L'Adroit (© : MICHEL FLOCH) L'Adroit (© : MICHEL FLOCH)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group Marine nationale