Aller au contenu principal

Pour la première fois, un industriel du secteur naval de défense met sur le marché un patrouilleur hauturier autonome, mais aussi des intercepteurs bi-modes, qui peuvent être soit armés par un équipage, soit téléopérés à distance. Des nouveautés signées par le chantier cherbourgeois CMN, qui les présentera la semaine prochaine à Euronaval et que Mer et Marine dévoile dès ce vendredi.

S’il existe déjà des drones de surface de moyenne (medium unmanned surface vehicle – MUSV) et de grande tailles (large unmanned surface vehicle – LUSV), notamment aux Etats-Unis, il ne s’agit pour le moment que de démonstrateurs, dont les plus grands modèles sont d’anciens navires civils convertis avec des automates et systèmes de télé-opération. Le constructeur français CMN devient le premier industriel à proposer un design de patrouilleur hauturier nativement conçu pour être mis en œuvre sans équipage.

Cette plateforme, nommée U-OE43,

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) EURONAVAL 2022