Aller au contenu principal

Le Conseil d’administration de DCNS se tenait hier, à Paris. Il s’agissait, notamment, de faire le bilan de l’année 2013. Celle-ci, faute de nouveau gros contrat, n’a pas été bonne. Certes, les comptes du groupe naval resteront dans le vert, mais les objectifs fixés par ses actionnaires sont loin d’être atteints. Du coup, les syndicats craignent que l’Etat et surtout Thales, qui détiennent respectivement 65% et 35% de la société, donnent un tour de vis pour améliorer les performances économiques de DCNS. C’est pourquoi les administrateurs salariés du groupe ont interpellé les actionnaires, sur la base d’un texte élaboré par les quatre organisations syndicales représentatives (CFDT, CGT, UNSA et CFE-CGC). En plus de cette action commune, la CGT avait décidé de manifester seule devant le siège de DCNS. Les syndicats réclament notamment que l’Etat et Thales n’imposent pas, pour accroître la rentabilité, des coupes dans les effectifs ou les efforts financiers  liés à la diversification, par exemple dans le domaine des énergies marines. « Nous sommes en train de développer de nouvelles activités et il faut leur laisser le temps de prendre leur envol. Pour cela, il faut maintenir les investissements, notamment en recherche et développement, et ne pas tailler dans les personnels ».

Pour mémoire, DCNS emploie actuellement 13.000 personnes. 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group