Aller au contenu principal

Plusieurs anneaux et blocs destinés à la quatrième frégate multi-missions de la Marine nationale ont quitté hier Brest pour rejoindre le site de Lorient, où DCNS assemble les FREMM. Réalisés par le site brestois du groupe, les anneaux 5, 6 et 7, qui seront intégrés à l'avant de la future Provence, ont été embarqués sur la barge Dino II, de DCNS. D'un poids d'environ 1000 tonnes, la cargaison, tractée par le remorqueur Médoc, affrété par DCNS à la société bordelaise Coros, doit arriver à Lorient après un transit de 24 heures. Le site brestois de DCNS, ainsi que celui de Cherbourg, avaient déjà travaillé sur les précédentes frégates du type FREMM. Si la tête de série, l'Aquitaine (qui sera livrée dans les prochains mois à la marine) a été intégralement réalisée à Lorient, le demi-flotteur avant - c'est-à-dire la moitié avant de la coque - de la seconde FREMM a été réalisée en Bretagne et en Normandie. Ainsi, Cherbourg a réalisé les anneaux 8, 9 et 10, qui ont été transférés à Brest pour être soudés aux anneaux 5, 6 et 7, réalisés sur place. Une fois assemblé, le demi-flotteur a été remorqué à Lorient, où DCNS a procédé à la jonction avec la partie arrière réalisée par son établissement morbihannais. Pour mémoire, cette seconde FREMM, actuellement en achèvement à flot à Lorient, est destinée au Maroc et sera baptisée Mohammed VI. Pour la seconde FREMM française (future Normandie), qui est donc la troisième de la série en comptant le bâtiment marocain, Cherbourg a réalisé les anneaux 9 et 10, qui ont été assemblés aux anneaux 5, 6, 7 et 8, réalisés à Brest. Le tout a ensuite gagné Lorient. Départ du convoi, hier à Brest (© : DCNS) Quant à la cinquième frégate (future Languedoc), l'implication de Brest sera du même niveau que pour la future Provence. Cette activité de Brest sur les FREMM n'a pas vocation à se pérenniser sur l'ensemble du programme, qui porte pour le moment sur la réalisation de 12 bâtiments, dont 11 pour la France. DCNS avait, en effet, confié à ses sites de Brest et Cherbourg la réalisation de blocs afin de compenser un manque d'activité dans les établissements. Alors que Cherbourg voit monter en puissance le programme des nouveaux sous-marins nucléaires d'attaque du type Barracuda, Brest devrait retrouver un bon niveau de charge, notamment avec le programme de refonte des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins du type Le Triomphant, ce chantier ayant débuté fin 2011 sur Le Vigilant. Pour mémoire, le programme FREMM, qui a débuté en 2006 et s'étale jusqu'en 2022, représente 3 millions d'heures de travail chaque année et près de 50 millions sur la durée du programme pour DCNS et ses sous-traitants. Pour la Marine nationale, les 9 premières unités remplaceront les frégates anti-sous-marines du type F67 (Tourville) et F70 ASM (Georges Leygues), les deux dernières succédant aux frégates antiaériennes du type F70 AA (Cassard) L'Aquitaine (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Naval Group