Aller au contenu principal

Washington a confirmé cette semaine avoir mis en service la nouvelle tête W76-2. Une ogive thermonucléaire dite à faible rendement, d’une puissance de 5 à 7 kilotonnes, qui vient compléter l’arsenal des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de l’US Navy, dont les missiles balistiques intercontinentaux Trident disposaient jusqu’ici de 4 à 8 têtes W76 de 100 kt ou W88 de 475 kt.

 

209470 missile balistique trident IID 5 USS Rhode Island 9 mai 2019
© US NAVY

Tir d'un missile Trident par un SNLE américain (© US NAVY)

 

Le développement de cette nouvelle arme a été officiellement autorisé en 2018 par l’administration Trump. « Dans la revue de posture nucléaire de 2018, le ministère a identifié la nécessité de "modifier un petit nombre d'ogives de missiles balistiques lancés par sous-marins" pour répondre au fait que des adversaires potentiels, comme la Russie, pensent que l'emploi d'armes nucléaires à faible rendement leur donnera un avantage sur les États-Unis, leurs alliés et partenaires », a déclaré John Rood, sous-secrétaire à la Défense en charge des questions politiques.

Une réponse de Washington au développement par Moscou de missiles hypersoniques et de nouvelles torpilles autonomes pouvant embarquer des charges nucléaires. Pour John Rood, l’ogive W76-2 constitue une « capacité supplémentaire (qui) renforce notre dissuasion et fournit une arme stratégique à faible rendement plus rapide et plus durcie ». Il s’agit en clair de contrer une doctrine basée sur l’emploi possible d’une arme nucléaire tactique de faible puissance pour stopper net une escalade atomique, l’adversaire n’osant pas employer son propre arsenal nucléaire, trop destructeur. Sauf évidemment s’il dispose des mêmes capacités. Ces armes peuvent aussi s’inscrire dans le concept d’ultime avertissement, que la France a par exemple officialisé au début des années 2000. Mais au-delà d’une réponse aux Russes, la mise en service de la W76-2 est sans doute aussi pour les Américains une manière d’envoyer un message à d’autres pays, comme l’Iran.

Pour mémoire, la flotte américaine aligne 14 SNLE du type Ohio, mis en service entre 1984 et 1997. Chacun de ces sous-marins de 170 mètres de long et 18.700 tonnes de déplacement en plongée peut embarquer 24 missiles Trident 2 D-5 d'une portée pouvant atteindre 12.000 km. Les Ohio vont être remplacés par les 12 nouveaux SNLE de la classe Columbia qui doivent entrer en flotte entre 2031 et 2039. Ils seront équipés de 16 missiles balistiques.  

 

159762 us navy columbia ssbn ohio
© US NAVY

Vue des futurs Columbia (© US NAVY)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard