Aller au contenu principal

Pascal Fauret et Brunos Odos, deux anciens pilotes de la Marine nationale aujourd’hui reconvertis dans l’aviation d’affaire, sont détenus depuis plus de deux mois en République Dominicaine. Le 20 mars, ils étaient aux commandes d’un Falcon 50 appartenant à Alain Afflelou et loué par un tiers. Alors que l’appareil s’apprêtait à décoller de Punta Cana, les autorités dominicaines en charge de la lutte contre le narcotrafic ont lancé une vaste opération de contrôle sur l’aéroport. C’est là que 700 kilos de cocaïne ont été découverts dans 26 bagages embarqués sur le Falcon 50.

Les deux pilotes, ainsi que les deux passagers, l’ancien assureur français Alain Castany et Nicolas Pisapia - qui ont affrété l’appareil  - ont été placés en détention provisoire. Une trentaine de Dominicains (militaires, douaniers, personnel de l’aéroport) ont également été arrêtés, étant soupçonnés par la justice d’être complices de ce trafic de drogue. Les anciens militaires français clament depuis leur innocence, arguant qu’il n’est pas dans leurs prérogatives de contrôler les bagages des passagers. Soutenus notamment par des anciens collègues de la marine, ils espéraient être libérés mardi soir à l’issue d’une audience au tribunal. Mais les juges ont décidé de les maintenir sous les verrous le temps que se termine l’enquête. L’Association pour le retour de Pascal et Bruno, créée afin de soutenir les deux pilotes et leurs familles, dénonce cette situation, évoquant un maintien en détention malgré « l'inconsistance du dossier et les multiples arguments d'irrégularités graves de procédures présentés par leurs avocats dominicains ».

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Aéronautique navale