Aller au contenu principal

En livrée camouflage, les HMS Tamar et HMS Spey, deux des cinq nouveaux patrouilleurs hauturiers (OPV) du type River Batch 2 de la Royal Navy, ont appareillé de Portsmouth le 7 septembre. Ils vont assurer un déploiement d’au moins cinq ans dans la zone indopacifique. Leur maintenance sera assurée dans des ports de la région et les équipages se relaieront à bord régulièrement, via des transferts aériens avec le Royaume-Uni. Ce concept de bâtiments déployés sur le long terme dans certaines zones est mis en œuvre depuis des années par la Royal Navy, qui y voit l’avantage de disposer en permanence de moyens navals dans des secteurs d’intérêt stratégique. La frégate HMS Montrose est par exemple basée depuis 2019 à Bahreïn et doit opérer jusqu’en 2022 dans la région du Golfe, où des chasseurs de mines britanniques sont également déployés de manière permanente.

 

260665 royal navy opv river batch 2 spey
© ROYAL NAVY

Le HMS Spey quittant Portsmouth (©  ROYAL NAVY)

 

Les HMS Tamar et HMS Spey n’ont pas de port de soutien attitré car ils auront un « terrain de jeu » particulièrement vaste. Ils seront en effet amenés, précise la Royal Navy, à patrouiller de la côte Est africaine à la côte Ouest américaine et de la mer de Béring au nord à la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande au sud. Ils vont notamment se rendre en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique à la suite du groupe aéronaval britannique. Emmené par le porte-avions HMS Queen Elizabeth, ce dernier croise dans la zone depuis cet été, réalisant notamment des manœuvres avec les Américains et les Japonais. Moins impressionnants, les deux OPV auront l’avantage d’être en permanence en Indopacifique, ensemble ou séparément, offrant à la Royal Navy de précieux outils de surveillance et de connaissance de la zone et, au besoin, des moyens d’action. Les deux patrouilleurs, qui embarquent en plus de leurs équipages un contingent de 52 Royal Marines, disposent d’espaces modulaires et pourront par projection de matériel intégrer des capacités spécifiques selon les missions. « Ils seront les yeux et les oreilles de la marine - et de la nation – dans la région, travailleront aux côtés des alliés de la Grande-Bretagne, effectueront des patrouilles pour lutter contre le trafic de drogue, la contrebande, le terrorisme et d’autres activités illégales, et se joindront à des exercices avec d’autres marines et forces armées », explique la Royal Navy.

 

260661 royal navy opv river batch 2 spey tamar
© ROYAL NAVY

Le HMS Tamar et HMS Spey quittant Portsmouth (©  ROYAL NAVY)

 

Les HMS Tamar et HMS Spey, respectivement mis en service en décembre 2020 et juin 2021, sont les quatrième et cinquième OPV du type River B2, dont les trois premiers exemplaires sont les HMS Forth, HMS Medway et HMS Trent entrés en flotte en avril 2018, septembre 2019 et août 2020. Construits par les chantiers BAE Systems de la Clyde, ces bâtiments commandés en 2014 mesurent 90 mètres de long pour 13.5 mètres de large et affichent un déplacement de 2000 tonnes en charge. Capables d’atteindre la vitesse de 24 nœuds et de franchir 5500 milles à vitesse économique, avec une autonomie de 35 jours, ils sont armés par 40 marins et peuvent accueillir jusqu’à une soixantaine de personnes, par exemple des Royal Marines en plus de l'équipage.

Dotés d’un canon de 30mm, deux mini-guns et quatre mitrailleuses, les nouveaux OPV de la Royal Navy peuvent mettre en œuvre deux embarcations semi-rigides de 8 mètres du type Pacific 24. Une grue d’une capacité de 16 tonnes permet de manutentionner du matériel lourd, la plateforme arrière pouvant accueillir un hélicoptère Merlin (les bâtiments n’ont toutefois pas de hangar). Les River B2 sont conçus pour naviguer jusqu'à 320 jours par an.

Depuis janvier 2020, le Forth est le nouveau patrouilleur en station aux îles Malouines, dans l’Atlantique sud. Après le départ des Tamar et Spey, il ne reste donc plus que les Medway et Trent basés au Royaume-Uni. Ils s’ajoutent à la première génération de River, dont deux sur quatre étaient encore opérationnels (les Tyne et Mersey) après le retrait du service en 2017 du Severn et en 2019 du Clyde (qui a été cédé à Bahreïn). Pour répondre aux besoins accrus de patrouilleurs dans les eaux britanniques suite au Brexit, il a néanmoins été décidé de réactiver le Severn. Le bâtiment, qui a été réaffecté à la Royal Navy l’an dernier, a été officiellement remis en service le 28 août dernier.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy