Aller au contenu principal

Le 6 mai, Dassault Aviation dévoilait le Falcon 10X, le plus gros jet d’affaire de l’histoire de l’avionneur français. Un appareil à très hautes performances développé avant tout pour le marché civil, mais qui à l’instar de la plupart des Falcon, pourrait être aussi décliné en « avion de missions » afin de répondre à des besoins militaires spécifiques (ce marché concerne globalement environ 10% de la flotte de Falcon). Dans le cas présent, le Falcon 10X peut clairement, compte tenu de ses capacités, se positionner sur le marché de la patrouille maritime (Patmar). Dassault, interrogé par Mer et Marine, ne souhaite pas s’exprimer sur la question. Mais le fait que son nouvel avion soit un candidat possible à la succession de l’Atlantique 2, dont il a livré 28 exemplaires à la Marine nationale entre 1989 et 1997, est une évidence, étayée par plusieurs sources. En mars dernier, dans le cadre d’un article sur le projet franco-allemand MAWS, nous indiquions d’ailleurs que Dassault travaillait sur des évolutions de sa gamme Falcon permettant de compenser le problème de gabarit de ses avions d’affaire existants pour une application Patmar.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Dassault Aviation