Aller au contenu principal

Le remplacement des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins du type Vanguard a été voté le 18 juillet par les députés britanniques. Le programme, connu sous le nom de Successor et d’un coût estimé à 49 milliards d’euros, a été largement approuvé après six heures de débat. « Il est impossible de dire avec certitude que des menaces extrêmes ne vont pas émerger dans les 30 ou 40 prochaines années et menacer notre sécurité et notre mode de vie. La menace nucléaire n’a pas disparu, elle a même augmenté », a déclaré le nouveau premier ministre Theresa May, qui a cité l’exemple de la Corée du nord et les actions hostiles de la Russie, estimant que la dissuasion constituait toujours une « assurance ultime » pour le Royaume-Uni.

 

83373 snle successor vanguard
© BAE SYSTEMS

Avant-projet du Successor (© BAE SYSTEMS)

 

Les quatre SNLE dont dispose actuellement la Royal Navy, les HMS Vanguard, HMS Victorious, HMS Vigilant et HMS Vengeance, ont été respectivement mis en service en 1993, 1995, 1996 et 1999. Longs de 150 mètres et présentant un déplacement de 16.000 tonnes en plongée, ils embarquent chacun 16 missiles balistiques Trident 2 D-5 de conception américaine.

Ces bâtiments seront remplacés à partir de 2030 par quatre nouvelles unités, le nombre de SNLE ayant été maintenu afin de préserver la permanence d’au moins un sous-marin à la mer. Ils doivent être dans un premier temps équipés de Trident. 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Royal Navy