Aller au contenu principal

Avec une flotte dépassant 300 bâtiments représentant un tonnage de plus de 2.7 millions de tonnes et des effectifs supérieurs à 320.000 hommes, l’US Navy reste de loin la première marine du monde même si le nombre de ses bâtiments a diminué pratiquement de moitié depuis la fin de la guerre froide, et cela pour de nombreuses années encore. Le nombre de porte-avions qui avait été ramené de 14 à 11 va tomber à 10 pour une durée d’au moins 3 années en raison du désarmement anticipé du porte-avions nucléaire Enterprise avant même la mise en service de son remplaçant, le CVN 78 Gerald Ford qui sera opérationnel au mieux à l’automne 2015. En raison des problèmes de déficit budgétaire que connaissent les Etats-Unis, il a en outre été envisagé que la refonte du George Washington puisse être abandonnée et que ce porte-avions soit même désarmé par anticipation ; si cette éventualité venait à se concrétiser, le nombre de porte-avions resterait définitivement fixé à 10.

 

L'USS George Washington (© : US NAVY)

 

71152 gerald r ford cvn 21 us navy
© HII

Le futur USS Gerald R. Ford (© : US NAVY)

 

 

Les études relatives à la nouvelle génération de sous-marins nucléaires stratégiques sont bien engagées ; ils devraient avoir les mêmes dimensions que les Ohio mais être plus lourds tout en disposant de moins de missiles (16 au lieu de 24) pour pouvoir embarquer des drones sous-marins et aériens ; la tranche missiles est étudiée en commun avec la Royal Navy. En revanche le remplacement des 4 Ohio modifiés pour le lancement de missiles de croisière Tomahawk (le Florida a ainsi lancé 90 missiles de ce type contre des cibles libyennes au printemps 2011) ne sera pas assuré par des bâtiments analogues mais par une version modifiée des SNA du type Virginia. Ces derniers sont maintenant pleinement opérationnels : 9 sont en service, un est en achèvement à flot et un autre est en construction ; la cible est toujours fixée à 30 unités qui se répartiront en 5 sous-types. 42 des 62 Los Angeles construits sont toujours en service ; 10 autres devraient être désarmés dans les 5 années à venir mais le nombre minimum de SNA dont l’US Navy veut pouvoir disposer reste fixé à 48.

 

 

SSBN du type Ohio (© : US NAVY)

 

Sous-marin du type Ohio modifié en SSGN (© : US NAVY)

 

72672 virginia mississippi us navy
© US NAVY

SSN du type Virginia (© : US NAVY)

 

72670 los angeles pittsburg us navy
© US NAVY

SSN du type Los Angeles (© : US NAVY)

 

 

Le nombre des croiseurs lance-missiles du type Ticonderoga qui s’élève actuellement à 22 doit passer à 15 d’ici 2015 pour des raisons budgétaires, mais les problèmes conflictuels entre les parlementaires et l’administration Obama qui empêchent actuellement le vote du budget 2013 ont pour le moment gelé ces prévisions. Les unités épargnées par ces désarmements sont en cours de modernisation, 5 d’entre elles l’ayant déjà été. Le projet de leur remplacement par un nouveau type de croiseur, le CGX, dont certains exemplaires auraient été à propulsion nucléaire, a été définitivement abandonné et ce sera une nouvelle version du type Arleigh Burke, la version Flight III, qui les remplacera.

 

 

65067 ticonderoga san jacinto
© US NAVY

Croiseur du type Ticonderoga (© : US NAVY)

 

72663 us navy
© US NAVY

Destroyer du type Arleigh Burke (© : US NAVY)

 

 

Mais avant cela 9 autres destroyers lance-missiles du type Arleigh Burke Flight II vont être construits pour se substituer aux unités abandonnées dans le programme DDG 1000 dont le nombre a été limité à 3 bâtiments au lieu des 32 prévus au départ. L’US Navy a préféré avec sagesse revenir à des navires éprouvés sur le plan technologique et la chaîne de montage des Burke a donc été réactivée ; ainsi ce sont au total 71 destroyers de ce type qui seront bientôt en service sous pavillon américain. Quant aux 3 DDG 1000 (Zumwalt) leur mise en service est attendue entre 2015 et 2018 mais ils devront faire leurs preuves car ils ne comptent pas que des supporters, leur innovation étant trop brusque et trop prononcée, indépendamment de leur coût faramineux.

 

 

71173 ddg 100 zumwalt
© US NAVY

Destroyer  du type DDG 1000 (© : US NAVY)

 

 

La même observation s’applique aux frégates légères du type LCS (52 prévus au lieu de 55 initialement), les monocoques du type Freedom relativement classiques et les trimarans du type Independence : 3 unités seulement sont en service, c’est vraiment peu pour un programme initié il y a presque 10 ans ; la mise au point des 2 prototypes a été longue notamment en raison de problèmes de stabilité et de fissures rencontrés sur le Freedom ou de problèmes de corrosion qu’a subis l’Independence. En outre les matériels constituant les différents modules de missions de ces bâtiments sont loin d’être au point, notamment le module « guerre des mines », car beaucoup trop novateurs. Enfin le temps nécessaire à la permutation des modules se compterait plutôt en semaines qu’en jours, contrairement à ce qui avait été prévu au départ. Il n’est donc dès lors guère étonnant que certains s’émeuvent du retrait du service trop rapide des frégates du type O.H. Perry (21 encore opérationnelle), bâtiments infiniment plus marins et endurants.

 

 

72665 uss freedom lcs
© US NAVY

Le LCS USS Freedom (© : US NAVY)

 

Le LCS USS Independence (© : US NAVY)

 

72666 us navy USS Vandegrift perry
© US NAVY

Frégate du type O. H. Perry (© : US NAVY)

 

 

La composante amphibie reste toujours imposante avec ses 9 porte-hélicoptères d’assaut, les 8 LHD du type Wasp et le Peleliu, dernier LHA du type Tarawa, ces derniers devant être remplacés dans les années à venir par les 2 nouveaux LHA America et Tripoli ; ces 2 bâtiments présentent toutefois l’inconvénient d’être dépourvus de radier et donc de drôme mais l’US Marine Corps a obtenu gain de cause pour que les unités suivantes en soient équipées. 6 transports de chalands de débarquement LPD du type San Antonio sont maintenant en service, 3 autres sont en achèvement à flot et la construction des 2 derniers a commencé ; ceci a permis de désarmer leurs prédécesseurs du type Austin dont il ne subsiste plus que 2 exemplaires, l’un d’eux servant au soutien des petites unités dans le golfe Arabo-persique. Les restrictions budgétaires vont entrainer le désarmement anticipé de 2 des 8 LSD du type Whidbey Island. En revanche 10 transports rapides de personnel JHSV vont être construits, le bâtiment tête de série étant déjà en service ; tous seront armés par l’US Navy via le personnel civil du MSC, alors qu’initialement la moitié d’entre eux devaient l’être par l’US Army.

 

 

LHA du type America (© : US NAVY)

 

LHA du type Wasp (© : US NAVY)

 

72667 lha tarawa peleliu
© US NAVY

Le LHA USS Peleliu (© : US NAVY)

 

65543 san antonio anchorage
© HUNTINGTON INGALLS INDUSTRIES

LPD du type San Antonio (© : HUNTINGTON INGALLS INDUSTRIES)

 

LSD du type Whidbey Island (© : US NAVY)

 

JHSV (© : AUSTAL)

 

 

Pour ce qui concerne la flotte auxiliaire, il faut mentionner la livraison dans les temps des 14 transports-ravitailleurs polyvalents du type Lewis and Clark, programme rondement mené : les chantiers NASSCO auront mis guère plus de 8 ans pour livrer ces bâtiments de 210 m et 41 000 t qui ont remplacé les bâtiments des types Mars et Kilauea. Ces mêmes chantiers se consacrent maintenant au programme des transports semi-submersibles du type MLP dans le cadre du programme Sea Basing, ou du moins ce qu’il en reste car il a été largement amputé. Il faut enfin mentionner la mise en service en 2012 avec 2 ans de retard du bâtiment d’essais et de mesure Howard O. Lorenzen, successeur du vieil Observation Island, qui sera désarmé seulement en 2014, et un report pour la construction des nouveaux pétroliers ravitailleurs.

 

 

Ravitailleur du type Lewis and Clark (© : US NAVY)

 

66029 mobile landing platform mlp montford point nassco
© GENERAL DYNAMICS

La MLP Montford Point (© : NASSCO)

 

72668 howard h lorenzen us navy
© MSC

L'USNS Howard O. Lorenzen (© : MSC)

 

 

Le renouvellement de l’aéronautique navale est bien engagé avec les toutes premières livraisons des avions de patrouille maritime P-8 A Poseidon et celles des 2 versions du chasseur embarqué F-35 Lightning II, la version à décollage court F-35 B pour l’US Marine Corps et la version conventionnelle F-35 C pour l’US Navy. Celles des F/A-18 E/F Super Hornet ne vont pas tarder à s’achever tandis que celles des E/A-18 G Growler se poursuivent de même que celles des E-2 D Hawkeye et des MV-22 B Osprey. Pour ce qui concerne les hélicoptères les MH-60 R Strikehawk et les MH-60 S Knighthawk remplacent progressivement les SH-60 B Seahawk, SH-60 F Ocean Hawk et HH-60 H Jayhawk.

 

 

P-8 A Poseidon (© : US NAVY)

 

70505 f-35 b
© LOCKHEED MARTIN

F-35 B (© : LOCKHEED MARTIN)

 

F/A-18 F Super Hornet (© : US NAVY)

 

E/A-18 G Growler (© : BOEING)

 

E-2 D Advanced Hawkeye (© : BOEING)

 

MV-22 Osprey (© : US NAVY)

 

MH-60 R Strikehawk (© : LOCKHEED MARTIN)

 

 

 

Article de Bernard Prézelin, auteur de Flottes de Combat

 

 

 

72677 flottes de combat
© MARINES EDITIONS

Flottes de Combat, l'ouvrage de référence des forces navales (© : MARINES EDITIONS)

 

 

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard