Aller au contenu principal

Après un premier test réussi en 2019, l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes Frontex va poursuivre son expérimentation des aérostats dans le domaine de la surveillance maritime. Elle compte, ainsi, déployer deux ballons captifs déployés sur deux îles grecques pour une période longue de six mois, au printemps 2021. Un appel d’offres en ce sens a été lancé début septembre, le lauréat devant être connu d'ici la fin de l’année. On notera qu'exceptionnellement, ce marché est ouvert à des compétiteurs hors UE, ce qui devrait permettre notamment à des sociétés israéliennes de participer sur un secteur où le nombre d'acteurs mondiaux est très limité. Parmi eux, on compte cependant deux sociétés françaises, A-NSE et CNIM. 

Pour mémoire, un premier test avait été mené à l’été 2019 avec un seul ballon captif, en l’occurrence un engin français, le T-C350 de la société varoise A-NSE. Long de 25 mètres pour 5.5 mètres de diamètre et une enveloppe de 350 m3, il était équipé d’une boule optronique Euroflir 410 de Safran et d’un radar de l’entreprise charentaise Diades Marine. Il avait été positionné durant six semaines à Samos, l’une des principales îles de la mer Egée (avec Chios et lesbos notamment) concernées par l’arrivée de migrants passant par la Turquie.

 

215612 ballon captif a-nse frontex grece samos
© DR

T-C350 (© : DR)

215611 ballon captif a-nse frontex grece samos
© DR

La boule optronique et le radar emporté par le T-C350 (© : DR)

 

Relié à une station sol, le ballon évoluait à près de 1000 mètres d’altitude, offrant une couverture à plus de 50 kilomètres alentour. La campagne s’était très bien déroulée, le ballon démontrant notamment sa capacité à opérer en continu à 3000 pieds pendant 30 jours consécutifs, et cela malgré le fait qu’il s’agit d’une zone très venteuse, avec des rafales à plus de 40 nœuds plusieurs fois par semaine. Le taux de disponibilité du T-C350 a été de près de 99%, proche de celle d’un radar au sol, mais avec une vision plus lointaine.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

215610 ballon captif a-nse frontex grece samos
© DR

Le ballon a été positionné à 3000 pieds au dessus de Samos (© : DR)

Aller plus loin

Rubriques
Défense