Aller au contenu principal

Fruit d’un programme lancé en mars 2018 pour doter la Marine nationale d’une capacité d’intercepteurs blindés aptes à protéger les bases navales contre des attaques terroristes venues de la mer, les douze vedettes des fusiliers-marins (VFM) ne sont toujours pas opérationnelles. Initialement, les livraisons de ces unités, commandées au chantier Ufast de Quimper, devaient débuter en 2019. Mais le programme a subi beaucoup de retard, lié notamment à l’adaptation des bateaux à un changement de règlementation entre le moment où ils ont été conçus et celui où leur production a débuté (ces unités militaires ont une certification civile), puis à la crise sanitaire qui a eu un impact sur la production. Mais aussi à des aléas et des évolutions techniques souhaitées par le ministère des Armées.  

Fin 2021, la Force des fusiliers-marins et commandos (Forfusco) pensait enfin voir le bout du tunnel avec l’arrivée à Brest, en octobre, de la tête de série, nommée Bir Hakeim. Les premiers essais s’étaient révélés satisfaisant, la vedette dépassant les 40 nœuds. Il était alors prévu qu’elle soit livrée en fin d’année, ses onze sisterships devant suivre au rythme d’une livraison par mois sur l’année 2022. Mais la première VFM a été obligée de retourner à Quimper, chez son

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale Chantier Ufast