Aller au contenu principal

La Marine nationale a choisi les noms des douze nouvelles vedettes des fusiliers-marins (VFM, ex-VPDMP) commandées au chantier Ufast de Quimper et dont la tête de série est en essais en Bretagne. Ces intercepteurs blindés et lourdement armés sont pour mémoire destinés à protéger les bases navales de Toulon, Brest et Cherbourg, ainsi que le point d’appui de Djibouti, en particulier contre des attaques terroristes.

Pour ces unités, qui constituent une nouvelle capacité très attendue au sein de la Force des fusiliers-marins et commandos (Forfusco), l’Etat-major de la marine a retenu des noms de batailles s’étant déroulées au cours des deux guerres mondiales et dans lesquelles les fusiliers-marins se sont illustrés. Les VFM seront ainsi baptisées Laffaux, L’Ill, La Crau, La Garde, Flandres, Vosges, Longewaede, Bir Hakeim, Le Pradet, L’Authion, Melle et Dompaire.

Les première, seconde, septième et huitième unités seront basées à Brest, les troisième, quatrième, neuvième et dixième à Toulon, les cinquième et sixième à Cherbourg et enfin les deux dernières à Djibouti.

 

260974 fusiliers-marins VFM ufast
© UFAST

La première VFM (© UFAST)

 

Longues de 15 mètres et réalisées en matériau composite, les VFM sont dotées d’une propulsion hors-bord, avec quatre moteurs de 350 cv et une vitesse de 40 noeuds à pleine charge. Conçus pour pouvoir conduire des abordages de vive force, ces intercepteurs d'une quinzaine de tonnes pourront résister à des tirs adverses, avec un blindage couvrant notamment la cabine et les parties critiques, comme les moteurs et les réserves à carburant. Ce sera aussi le cas pour les deux postes de tir, l’un à l’avant et l’autre à l’arrière, d’où les fusiliers-marins pourront mettre en œuvre des mitrailleuses lourdes de 7.62 ou 12.7mm. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale