Aller au contenu principal

Le 24 septembre, nous évoquions la participation du chasseur de mines français Pégase à l’exercice Northern Coasts 2021 (NOCO 21) en mer Baltique. Dans ce complément d’articles, nous revenons sur différents bâtiments internationaux ayant participé à ces manœuvres annuelles qui étaient cette année organisées par la Suède.

Le bâtiment de commandement Carlskrona (Suède)

Mis en service en 1982, ce navire de 105.7 mètres de long pour 15.2 mètres de large affiche un déplacement de 3600 tonnes en charge. Initialement conçu comme un mouilleur de mines, fonction qu’il peut au demeurant toujours remplir en cas de besoin, le Carlskrona a été converti en 2007 en bâtiment de commandement et navire école. Armé par 160 membres d’équipage et capable d’atteindre la vitesse de 20 nœuds, il dispose d’un canon de 57 mm et deux affûts de 40 mm, avec la possibilité d’embarquer une centaine de mines. Dans sa fonction d’école embarquée, il peut accueillir plus de 130 cadets et instructeurs.

 

261635 suede suedois batiment de commandement Carlskrona
© GIORGIO ARRA

Le Carlskrona (© : GIORGIO ARRA)

 

Le bâtiment base Trossö (Suède)

Ancien navire hydrographique russe lancé en 1986, le Trossö a été acheté par la Suède en 1996 et transformé en bâtiment base, en particulier pour des patrouilleurs. Long de 71.6 mètres pour une largeur de 12.8 mètres et un déplacement de plus de 2200 tonnes en charge, sa vitesse maximale est de 14 nœuds et son équipage comprend une soixantaine de marins.

 

261634 suede suedois batiment base Trosso
© GIORGIO ARRA

Le Trossö (© : GIORGIO ARRA)

 

La corvette Helsinborg (Suède)

L’Helsinborg est la seconde des cinq corvettes du type Visby livrées à la marine suédoise entre 2006 et 2008. Ces unités extrêmement furtives de 72.7 mètres de long pour 10.4 mètres de large et 650 tpc peuvent atteindre la vitesse de 35 nœuds. Elles sont notamment conçues pour mettre en œuvre des missiles antinavire RBS-15, une tourelle de 57 mm, des torpilles et des mines, avec aussi la possibilité de déployer des robots sous-marins.

- Voir notre reportage sur le Karlstad, l’une des Visby suédoises

 

261626 suede suedois corvette visby helsingborg
© GIORGIO ARRA

L'Helsinborg (© : GIORGIO ARRA)

 

Le patrouilleur Stockholm (Suède)

Mis en service en 1985, comme son sistership le Malmö, le Stockholm est un patrouilleur lance-missiles de 50 mètres de long pour 7.5 mètres de large et plus de 370 tpc. Capable dépasser les 30 nœuds, ce bâtiment armé par une trentaine de marins est notamment équipé d’une tourelle de 57 mm, quatre missiles RBS-15 (sur bâbord, l’espace équivalent sur tribord étant dévolu à la drome) et deux tubes lance-torpilles.

 

261624 suede suedois patrouilleur stockholm
© GIORGIO ARRA

Le Stockholm (© : GIORGIO ARRA)

 

Les chasseurs et dragueurs de mines Koster, Kullen et Ven (Suède)

Respectivement mis en service en 1986, 1987 et 1988, les Koster, Kullen et Ven font partie d’une série de sept chasseurs et dragueurs de mines (classe Koster) dont cinq sont encore en service dans la marine suédoise. Ces bâtiments de 360 tpc mesurent 47.5 mètres de long pour 9.6 de large, peuvent naviguer à 15 nœuds et sont mis en œuvre par une trentaine de marins.

- Voir notre reportage sur le Vinga, l’un des bâtiments de cette série

 

261629 suede suedois chasseur de mines Vinga
© GIORGIO ARRA

Le Vinga (© : GIORGIO ARRA)

 

Diaporama orphelin : container

 

261631 suede suedois chasseur de mines ven
© GIORGIO ARRA

Le Ven (© : GIORGIO ARRA)

 

Le dragueur de mines Sparö et Sturkö (Suède)

Les Sparö et Sturkö sont deux des quatre dragueurs de mines suédois du type Sparö, plus récents que les Koster. Opérationnels depuis 1997, ces bateaux de 36 mètres de long pour 7.9 mètres de large présentent un déplacement de 205 tpc. Armés par une quinzaine de marins et pouvant atteindre 13 nœuds, ils sont dotés de deux mitrailleuses de 7.62 mm et mettent en œuvre une drague mécanique. En plus du dragage, ils peuvent remplir des missions de chasse aux mines avec leurs sonars et des robots sous-marins.

 

261633 suede suedois chasseur de mines sparo
© GIORGIO ARRA

Le Sparö (© : GIORGIO ARRA)

261636 suede suedois chasseur de mines sturko
© GIORGIO ARRA

Le Sturkö (© : GIORGIO ARRA)

 

Le sous-marin Gotland (Suède)

Également présent lors des manœuvres NOCO 21, sans que l’on sache s’il y a directement participé, a été aperçu le Gotland, premier des trois sous-marins du type A19 construits par la Suède. A l’issue d’une refonte à mi-vie qui s’est achevée en 2018, et dont a bénéficié ensuite l’un de ses jumeaux, l’Uppland, ce bâtiment a été légèrement allongé. Il mesure désormais 62 mètres de long pour un diamètre de 6.2 mètres et un déplacement de 1580 tonnes en surface.  Armés par 25 marins, ils disposent de six tubes lance-torpilles.

 

261645 suede suedois sous-marin Gotland
© GIORGIO ARRA

Le Gotland (© : GIORGIO ARRA)

 

Diaporama orphelin : container

 

261639 suede suedois sous-marin Gotland
© GIORGIO ARRA

Le Gotland (© : GIORGIO ARRA)

 

La frégate Hamburg (Allemagne)

Le Hamburg est l’une des trois frégates lance-missiles allemandes du type F124. Mise en service en 2004, elle mesure 143 mètres de long pour 17.4 mètres de large et présente un déplacement de 5600 tpc. Capable d’atteindre 29 nœuds et comptant un équipage de plus de 240 marins, son armement comprend un système de lancement vertical VLS Mk41 avec 32 cellules pour missiles surface-air SM-2 MR et ESSM, deux systèmes surface-air RAM, deux lanceurs quadruples pour missiles antinavire (pour l’heure des Harpoon), une tourelle de 76 mm, de l’artillerie légère et six tubes pour torpilles MU90. Elle peut également embarquer deux hélicoptères. Cette frégate, comme ses jumelles (Sachsen et Hessen) verra ses moyens électroniques prochainement modernisés.

 

261650 allemagne hamburg
© GIORGIO ARRA

Le Hamburg (© : GIORGIO ARRA)

261651 allemagne hamburg
© GIORGIO ARRA

Le Hamburg (© : GIORGIO ARRA)

261652 allemagne hamburg
© GIORGIO ARRA

Le Hamburg (© : GIORGIO ARRA)

 

Le chasseur de mines Sulzbach-Rosenberg (Allemagne)

Second des dix chasseurs de mines allemands du type 332 (deux autres ont été cédés en 2006 aux Emirats Arabes Unis), le Sulzbach-Rosenberg a été mis en service en 1996. Ce bâtiment de 690 tpc mesure 54.4 mètres de long pour 9.2 de large. Son équipage est d’une quarantaine de marins et il peut atteindre 18 nœuds. Il est équipé d’un canon de 27 mm et peut mettre en œuvre deux systèmes surface-air manuels Stinger ainsi que des lance-leurres. Ses moyens de chasse aux mines comprennent un sonar de coque et des robots téléopérés Pinguin B3.

 

261658 allemagne cjhasseur de mines sulzbach-rosenberg
© GIORGIO ARRA

Le Sulzbach-Rosenberg (© : GIORGIO ARRA)

 

Le bâtiment d’expérimentations Helmsand (Allemagne)

L’Helmsand fait partie des deux bâtiments d’expérimentations du type 748. Ce navire de 56.5 mètres de long, 10.8 de large et plus de 1000 tpc est armé par une douzaine de marins et est opérationnel depuis 1988. Comme son jumeau le Kronsort, il sert à expérimenter différents systèmes, qu’il s’agisse de capteurs aériens, comme des radars, ou de systèmes sous-marins.

 

261655 allemagne bâtiment d'expérimentation Helmsand
© GIORGIO ARRA

L’Helmsand (© : GIORGIO ARRA)

 

Le bâtiment base de plongeurs-démineurs Søløven (Danemark)

Opérationnel depuis 1996, le Søløven est un ancien patrouilleur, ultime des 14 unités du type Stanflex 300 construites pour la marine danoise (quatre ont été vendus à la Lituanie et cinq au Portugal, les autres étant désarmés). Ces bâtiments modulaires avaient été conçus pour être déclinés sur trois grandes missions : la guerre des mines, la surveillance ou le combat (avec missiles antinavire Hapoon). Le Søløven a quant à lui été transformé en 2011 pour le soutien des plongeurs-démineurs avec notamment une nouvelle structure sur la plage arrière, la mise en place d’un portique et le débarquement de l’armement, de même que la turbine à gaz d’origine qui lui permettait d’atteindre 30 noeuds. Long de 54 mètres pour une largeur de 9 mètres, ce bâtiment de plus de 500 tpc peut maintenant naviguer jusqu’à 20 nœuds avec ses seuls moteurs diesels. Son équipage compte une vingtaine de marins.

 

261653 danemark danois soloven
© GIORGIO ARRA

Le Søløven (© : GIORGIO ARRA)

 

Le chasseur de mines Sakala (Estonie)

Le Sakala (ex-HMS Inverness) est l’un des trois anciens chasseurs de mines britanniques du type Sandown transférés entre 2007 et 2009 à l’Estonie. Mis en service en 1991, ce bâtiment de 52.5 mètres de long pour 10.5 mètres de large et 485 tpc peut atteindre 13 nœuds et est armé par plus de 30 marins. Il est équipé d’un affût double de 23 mm, un sonar de coque, un sonar tracté et un robot sous-marin Remus.

 

261670 estonie sakala
© GIORGIO ARRA

Le Sakala (© : GIORGIO ARRA)

 

Le chasseur de mines Pégase (France)

Le Pégase est l’un des dix derniers chasseurs de mines tripartites (CMT) opérationnels dans la Marine nationale. Prévu pour rester en service jusqu’en 2024, ce bâtiment de 51.4 mètres de long pour 8.9 mètres de large et 615 tpc est armé par 45 marins, dont 6 plongeurs démineurs, et peut atteindre la vitesse de 13 nœuds. Son armement consiste en un canon de 20 mm et deux mitrailleuses de 12.7 mm. Il est doté d’un sonar de coque et de robots téléopérés PAP 104.

 

261663 mines cmt pegase
© GIORGIO ARRA

Le Pégase (© : GIORGIO ARRA)

261664 mines cmt pegase
© GIORGIO ARRA

Le Pégase (© : GIORGIO ARRA)

 

Le bâtiment de commandement Virsaitis (Lettonie)

Il s’agit de l’ancien mouilleur de mines norvégien Vale mis en service en 1978 et transféré à la Lettonie en 2003. Renommé Virsaitis, ce navire de 64.8 mètres de long pour 12 mètres de large et 1700 tpc sert d’unité de commandement, de soutien et de navire école. Capable de naviguer à 15 nœuds, son équipage compte une cinquantaine de marins et son armement un canon de 40 mm et de l’artillerie légère.

 

261667 lettonie Virsaitis
© GIORGIO ARRA

Le Virsaitis (© : GIORGIO ARRA)

261668 lettonie Virsaitis
© GIORGIO ARRA

Le Virsaitis (© : GIORGIO ARRA)

261669 lettonie Virsaitis
© GIORGIO ARRA

Le Virsaitis (© : GIORGIO ARRA)

 

Le bâtiment hydrographique Varonis (Lettonie)

Mis en service en 1973 dans la marine néerlandaise, ce navire hydrographique a été cédé à la Lettonie par les Pays-Bas en 2003. Le Varonis (ex-Buyskes) mesure 59 mètres de long pour 11 mètres de large et affiche un déplacement de plus de 1000 tonnes en charge. Il est armé par une quarantaine de marins et peut atteindre la vitesse de 13 nœuds.

 

261654 lettonie varonis
© GIORGIO ARRA

Le Varonis (© : GIORGIO ARRA)

 

Le patrouilleur Jelgava (Lettonie)

Livré en 2013, le Jelgava est l’un des cinq nouveaux patrouilleurs lettons du type Skrunda. Ces bâtiments se distingue par leur coque catamaran de type Small Waterplane Area Twin Hull (SWATH), configuration offrant une excellente tenue à la mer grâce à une faible surface de flottaison mais deux coques profondément immergées. Trois, dont les deux premiers, ont été construits en Allemagne et les deux autres à Riga. Longs de 25.7 mètres pour une largeur de 13 mètres, ces patrouilleurs de 125 tonnes peuvent naviguer à 20 nœuds et sont armés par une petite dizaine de marins. Ils mettent en œuvre des mitrailleuses de 12.7 mm et disposent à l’arrière d’un emplacement pour un module conteneurisé (équipements ou armement supplémentaire).

 

261656 lettonie swath jelgava
© GIORGIO ARRA

Le Jelgava (© : GIORGIO ARRA)

261657 lettonie swath jelgava
© GIORGIO ARRA

Le Jelgava (© : GIORGIO ARRA)

 

Le chasseur de mines Kursis (Lituanie)

Le Kursis (ex-HMS Dulverton) est l’un des deux anciens chasseurs de mines britanniques du type Hunt mis en service en 1983 et rachetés en 2008 par la Lituanie. Ces bâtiments de 60.3 mètres de long pour 10.3 de large et 750 tpc peuvent atteindre la vitesse de 15 nœuds et sont armés par 45 marins. Ils sont équipés d’un canon de 40 mm et deux mitrailleuses de 12.7 mm. Pour la chasse aux mines, ils comptent un sonar de coque et des robots K-Ster.

 

261659 lituanie chasseur de mines Kursis
© GIORGIO ARRA

Le Kursis (© : GIORGIO ARRA)

 

Le patrouilleur Aukstaitis (Lituanie)

Mis en service en 1994, l’Aukstaitis (ex-Lommen) fait partie des quatre patrouilleurs danois du type Stanflex 300 rachetés par la Lituanie, qui les a réceptionnés après modernisation entre 2008 et 2010 pour les trois premiers (dont l’Aukstaitis) et en 2017 pour le quatrième. Ces unités de 450 tpc, longues de 54 mètres pour une largeur de 9, peuvent atteindre une vingtaine de nœuds et comptent un équipage d’une trentaine de marins. Leur armement comprend une tourelle de 76 mm et de l’artillerie légère.

261649 lituanie Aukstaitis
© GIORGIO ARRA

L’Aukstaitis (© : GIORGIO ARRA)

 

Le patrouilleur Steil (Norvège)

Le Steil est l’un des six patrouilleurs lance-missiles à effet de surface du type Skjold de la marine norvégienne. Livré en 2011, ce bâtiment de 47.5 mètres de long pour 13.5 de large et 275 tpc peut dépasser les 50 nœuds. Armé par 20 marins, il est conçu pour mettre en œuvre huit missiles antinavire NSM, un système surface-air Simbad, une tourelle de 76 mm et des mitrailleuses.

 

261625 norvegien norvege patrouilleur steil
© GIORGIO ARRA

Le Steil (© : GIORGIO ARRA)

 

Le chasseur de mines Kormoran (Pologne)

Le Kormoran est le premier des nouveaux chasseurs de mines que la Pologne a entrepris de réaliser (deux autres sont en construction). Mis en service fin 2017, ce bâtiment de 58.5 mètres de long pour 10.3 mètres de large et 850 tpc peut atteindre la vitesse de 15 nœuds et compte un équipage de plus de 40 marins. Il est armé d’un affût double de 23 mm et dispose de systèmes surface-air portatifs Grom. Doté d’un sonar de coque, il embarque des robots sous-marins Hugin.

 

261661 pologne chasseur de mines Kormoran
© GIORGIO ARRA

Le Kormoran (© : GIORGIO ARRA)

261660 pologne chasseur de mines Kormoran
© GIORGIO ARRA

Le Kormoran (© : GIORGIO ARRA)

 

Le dragueur-chasseur de mines Druzno (Pologne)

Opérationnel depuis 1990, le Druzno est l’un des 12 chasseurs de mines polonais du type 207. Long de 38.5 mètres pour une largeur de 7.3 mètres, ce bâtiment de plus de 200 tpc peut naviguer jusqu’à 14 nœuds, son équipage étant de 30 marins. L’armement principal consiste en un canon double de 23 mm. Le Druzno peut mettre en œuvre des dragues mécanique, acoustique ou magnétique, ainsi que des sonars et robots sous-marins pour la chasse aux mines.

 

261666 pologne Druzno
© GIORGIO ARRA

Le Druzno (© : GIORGIO ARRA)

 

Northern Coasts (NOCO) est pour mémoire un exercice annuel de l’OTAN en mer Baltique. Créé en 2007 à l’initiative de l’Allemagne, il était organisé cette année par la Suède, qui n’est pas membre de l’Alliance Atlantique mais en est un partenaire actif. Ont participé à ces manoeuvres, selon les forces armées suédoises, 30 bâtiments et une dizaine d’aéronefs. 

NOCO 21, qui s’est déroulé au large des côtes suédoises et notamment autour des îles d’Öland et Gotland, a commencé par une phase de montée en puissance du 13 au 17 septembre, avant d’enchainer du 17 au 23 septembre avec cinq jours très denses durant lesquels la flotte a fait face à des scenarios complexes multi-menaces. Les bâtiments ont réalisé de nombreuses évolutions tactiques, des exercices de chasse aux mines, des tirs sur des cibles aériennes et de surface, ainsi que des manœuvres de ravitaillement à la mer.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense