Aller au contenu principal

Le développement de nouveaux systèmes de guerre des mines robotisés se poursuit en Europe. A l'instar des industriels français, qui travaillent sur le programme d'étude amont Espadon (avec le drone Sterenn Du), les Allemands planchent aussi sur un système mettant en oeuvre simultanément plusieurs types de drones, dont un drone porte-drones. Fin juillet, Atlas Elektonik a, ainsi, annoncé le succès d'une campagne d'essais en mer au sud-est de l'Angleterre. Ces test ont impliqué le déploiement de plusieurs engins : Le drone sous-marin (AUV) SeaOtter Mk II, pour détecter et classifier les mines, puis un drone de surface rapide (USV) baptisé FAST et mettant en oeuvre, de façon autonome, un engin sous-marin télé-opéré (ROV) SeaFox, conçu pour neutraliser les mines. L'ensemble des opérations a été gérée depuis un poste de commandement mobile, installé sur la côte ou pouvant être déployé sur un navire. Ce shelter permet de contrôler l'action des drones et traiter les informations recueillies. L'ensemble est appelé par Atlas Elektrionik C-IMCMS (Contenairised Integrated Mine Countermeasures System). On notera que les démonstrations réalisées en juillet ont été suivies par des représentants militaires allemands, américains, belges, britanniques, canadiens, saoudiens, thaïlandais et turcs. Le SeaOtter Mk II (© : ATLAS ELEKTRONIK) Le FAST (© : ATLAS ELEKTRONIK) Le shelter de commande (© : ATLAS ELEKTRONIK) Le shelter de commande (© : ATLAS ELEKTRONIK)

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Atlas Elektronik