Aller au contenu principal

Dans le cadre de l’accord bilatéral franco-japonais existant dans le domaine de la Défense, les deux pays ont entériné la deuxième phase du projet de coopération qui porte sur le développement par Thales et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) d’un démonstrateur sonar à double fréquence pour la lutte anti-mines, installé sur un drone autonome.

Alors que les mines, voire la seule possibilité de présence de mines, constituent aujourd’hui une menace potentielle en mer pour tous les navires, il devient vital d’apporter une réponse efficace à cette problématique afin d’assurer la libre circulation des couloirs clés pour les échanges commerciaux, et garantir dans le même temps l’accès maritime et la projection des forces. Ces garanties sont particulièrement importantes pour les pays qui possèdent des installations de haute valeur ou des ports à fort volume de trafic commercial. En réponse à la menace croissante que font peser les mines déposées sur les fonds marins, ou celles qui sont enfouies ou semi-enfouies dans les zones côtières, la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Acquisition, Technology & Logistics Agency (ATLA) ont décidé d’étudier ensemble les performances d’une technologie sonar à double fréquence constituant une véritable innovation dans ce domaine.

Pour mener à bien ce projet, les deux pays ont choisi MHI et Thales, qui partagent une excellence technologique reconnue et dont les expertises sont ici complémentaires. Cet accord est également pour les deux sociétés l’occasion de renforcer une collaboration continue et fructueuse. Leader mondial de la lutte anti-mines avec plus de 300 systèmes en service dans le monde, Thales mettra à disposition son expertise dans le traitement sonar, avec SAMDIS, dernière génération de sonars haute fréquence à ouverture synthétique, qui offre de multiples capacités. De son côté, MHI fournira son sonar basse fréquence à ouverture synthétique, et le drone OZZ-5.

L’intégration intelligente de ces sonars à haute et basse fréquences, associée à des capacités combinées de détection automatique et à une fonction de classification, permettront d’offrir des performances de haut niveau dans le cadre d’une solution unique, en bénéficiant mutuellement des capacités de traitement d’imagerie de chaque système. Avec pour résultat un système autonome de lutte anti-mines, capable de détecter, classifier et localiser tous types de menaces – des mines enfouies jusqu’aux mines terrestres.

Cet accord marque également le lancement d’un projet qui s’étendra sur cinq ans, pour la conception, le développement et l’intégration du système de traitement d’un sonar à double fréquence, avec les expérimentations en mer conduites au Japon et en France. C’est donc la matérialisation de plusieurs années d’efforts menés en coopération entre la DGA, ATLA, Thales et MHI, en vue de bâtir un projet capable de satisfaire aux exigences de la Marine française et de la force maritime d’auto-défense japonaise. C’est aussi le moyen, pour les deux nations, de rester aux avant-postes de l’innovation dans les systèmes autonomes de lutte anti-mines.

Alexis Morel, vice-président Underwater Systems, Thales :  « Thales est très fier de contribuer à ce premier projet de coopération franco-japonaise dans le domaine de la Défense, aux côtés de notre partenaire MHI. Nous sommes impatients de pouvoir mettre en oeuvre notre expertise, largement démontrée en conditions opérationnelles, avec notre sonar à haute fréquence SAMDIS, dont bénéficieront les forces de défense française et japonaise grâce à cette coopération unique pour des mers plus sûres. »

Cyrille Dupont, Président et CEO, Thales au Japon : « Au Japon, Thales s’attache à mettre en oeuvre des partenariats durables et à long terme avec les acteurs et industriels clés du pays. Ce partenariat étendu avec MHI atteste de notre engagement auprès du Japon et de notre volonté de renforcer les liens bilatéraux entre les deux nations. Je suis certain que nos technologies et notre étroite collaboration permettront d’offrir des solutions uniques et innovantes qui renforceront les capacités de la force maritime d’auto-défense japonaise, en jetant les bases d’une expertise locale pour l’avenir. »

Communiqué de Thales, 30/03/21

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense