Aller au contenu principal

La société française ECA Group a annoncé hier avoir mené à bien les essais en mer de son nouveau sonar à ouverture synthétique UMISAS. Un système qui équipera notamment les drones sous-marins (A18-M) et le sonar remorqué (T18-M) des drones de surface (Inspector 125) mis en œuvre par les futurs chasseurs de mines belges et néerlandais. « La  prochaine  étape est la production des sonars UMISAS pour leur intégration dans le A18-M et T-18M adaptés au programme. Cette intégration se déroulera entre octobre 2021 et mars 2022 », précise ECA, qui a décidé en 2014 de développer sa propre gamme de sonars adaptée aux engins robotisés que le groupe conçoit et produit.  

 

245861 eca umisas sonar belgique
© ECA GROUP

Image obtenue avec le sonar UMISAS 

196390 eca rov a18 mines
© ECA GROUP

Drone sous-marin de la famille A-18 (© ECA GROUP)

 

S’appuyant sur la centrale inertielle intégrée au drone sous-marin ou au sonar remorqué, UMISAS est un sonar interférométrique à ouverture synthétique  (InSAS) conçu pour la détection et la classification des mines. Cette technologie d’imagerie sous-marine, affirme ECA, « améliore considérablement les relevés des fonds marins en fournissant une imagerie à très haute résolution à des taux de couverture supérieurs, c’est-à-dire 4 fois plus en termes de couverture et entre 5 et 10 fois plus en termes de résolution comparée à des sonars latéraux classiques. En combinant plusieurs dizaines de ‘pings’ acoustiques pour former une image avec une résolution beaucoup plus élevée, UMISAS transforme les données brutes en images de 3 cm x 3 cm, quelle que soit la distance du sonar, et des taux de couverture de zone élevés (1 nm² par heure pour  le UMISAS 240 monté sur le T18-M) ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense