Aller au contenu principal

Le 1er décembre 2021, le consortium européen dirigé par Naval Group Belgium a donné le coup d'envoi du projet MIRICLE (MIne RIsk CLearance for Europe) pour lequel il a été sélectionné en juillet 2021 par la Commission européenne. Ce projet, d'une durée de 24 mois, vise à mettre en place une capacité européenne souveraine dans la lutte anti-mines du futur et à développer la prochaine génération de solutions de contre-mesures "made in Europe". La réunion de lancement s'est tenue aujourd'hui avec les 19 partenaires de MIRICLE.

Renforcer les capacités européennes dans la lutte anti-mines

Avec la menace croissante des mines et des engins explosifs improvisés présente dans tous les conflits impliquant des forces navales, les pays doivent renforcer la protection de leur domaine maritime, afin d'assurer la protection de leurs ressources et de préserver la liberté de navigation civile. À cet égard, les moyens de lutte anti-mines connaissent une transition opérationnelle majeure, passant de la chasse aux mines traditionnelle à une solution innovante sans pilote et autonome.

Pour répondre aux besoins futurs des marines européennes, un consortium dirigé par Naval Group Belgium a été sélectionné par l'Union européenne pour définir et développer une feuille de route technologique et capacitaire pour la prochaine génération de capacités européennes de lutte anti-mines. Connu sous le nom de MIRICLE (Mine Risk Clearance for Europe), ce projet de 24 mois est parrainé par la Commission européenne et huit États membres de l'Union européenne dans le cadre du programme européen de développement industriel de la défense (EDIDP).

Le consortium MIRICLE est composé de 19 partenaires représentant 10 pays : Belgique, Estonie, France, Grèce, Lettonie, Pologne, Portugal, Roumanie, Espagne et Pays-Bas. La Belgique est le pays chef de file et Naval Group Belgium est le coordinateur du consortium. Naval Group Belgium facilitera le rassemblement et les travaux menés par les partenaires grâce à son MCM Lab, récemment inauguré dans ses locaux à Bruxelles afin de soutenir les projets de collaboration en matière de recherche et développement. Tous les membres belges de MIRICLE font partie du MCM Lab.

Les marines étant convaincues que la lutte anti-mines est un enjeu européen global et que les développements doivent rassembler différentes visions, il a été décidé d'aller plus loin dans les projets en cours dans ce domaine et de rassembler les principaux partenaires européens et les marines afin de créer la communauté européenne de lutte anti-mines de demain et de répondre à l'appel de la Commission européenne.

MIRICLE permettra des améliorations significatives pour mener à bien toutes les missions de lutte anti-mines et permettra plus particulièrement aux marines européennes de bénéficier des capacités les plus élevées et les plus interopérables, conformément aux recommandations de l'OTAN. Ces innovations viendront compléter les principales composantes de la lutte anti-mines, constituées d’un navire de lutte anti-mines, d’une "tool box" composée de véhicules et de robots autonomes et d’un système de gestion de mission, d’un réseau de communication et d’un processus décisionnel fondé sur l'intelligence artificielle. Ces aspects font l'objet d'une approche cyber.

Plus précisément, le projet MIRICLE a trois objectifs :

- Fournir une définition et une évaluation complètes et prospectives des technologies de lutte anti-mines.

- Élaborer une feuille de route de développement technologique pour les solutions de lutte anti-mines de la prochaine génération, qui correspond aux plans d'achat des États membres et ouvre la voie aux futurs développements du Fonds européen de défense (FED).

- Coordonner le développement de nouveaux types de moyens interopérables (navires) et de la tool box MCM.

Ce projet couvrira des activités d'étude, de conception, de prototypage et d'essai, toutes consacrées au renforcement de la coopération en matière de R&D et de l'excellence technique dans le domaine de la lutte anti-mines des pays européens. Les marines européennes renforceront ainsi leurs capacités de lutte contre les mines pour faire face à une menace toujours plus complexe, omniprésente et en constante évolution.

Géraldine Dupin, coordinatrice du projet MIRICLE pour Naval Group Belgium, a déclaré : "Nous sommes fiers de diriger ce consortium unique de partenaires européens dans le but de développer une solution innovante de lutte contre les mines navales et ouvrir la voie à la prochaine génération de solutions de contre-mesures "made in Europe". Ensemble, nous sommes déterminés à accompagner la communauté navale européenne dans le développement d'une capacité révolutionnaire de lutte contre les mines".

La force du consortium dirigé par Naval Group Belgium réside dans le fait qu'il comprend des partenaires aux compétences technologiques complémentaires et aux approches innovantes. Il favorisera et stimulera une collaboration étroite entre l'industrie et les partenaires de recherche afin de poursuivre les activités de R&D dans le but d'accélérer le développement d'innovations et de préparer l'évolution des systèmes de lutte anti-mines dans le temps.

Ensemble, les partenaires de MIRICLE amélioreront les boîtes à outils de la lutte anti-mines pour les amener à un plus haut degré de maturité en développant l'instrumentation des champs de mines afin d'optimiser la navigation et la communication, optimisant ainsi la détection, l'identification et la neutralisation des mines.

Les navires bénéficieront également d'innovations grâce au développement de plates-formes (semi-)autonomes de navires de lutte contre les mines (MCMV), à l'amélioration de l'interopérabilité et de la normalisation, ainsi qu'au développement d'un système de gestion de mission multi-UxV (Unmanned Experimental Vessel) intelligent et évolutif et d'un système de lancement et de récupération des drones UxV (LARS) sur la plate-forme et l'amarrage.

Les partenaires du consortium MIRICLE dirigé par Naval Group Belgium sont :

- Eca Robotics (France)

- Eca Group (Belgique)

- Thales (France)

- Cafa Tech (Estonie)

- TNO (Pays-Bas)

- Forceapp BV (Pays-Bas)

- Space Applications Services (Belgique)

- Elwave SAS (France)

- Sociedad Anónima de Electrónica, Submarina S.M.E, SAES (Espagne)

- Vlaams Instituut voor de Zee, VLIZ (Belgique)

- Terra Spatium SA (Grèce)

- Office National d'Etudes et de Recherches Aérospatiales, ONERA (France)

- DotOcean N.V. (Belgique)

- Ośrodek Badawczo-Rozwojowy Centrum Techniki Morskiej S.A., CTM (Pologne)

- SISTRADE SOFTWARE CONSULTING SA (Portugal)

- Belss Ltd (Lettonie)

- Agenţia de Cercetare pentru Tehnică şi Tehnologii Militare -Military Equipment and Technologies Research Agency, METRA (Roumanie).

Le projet MIRICLE a été financé par le Programme européen de développement industriel pour la défense (EDIDP) dans le cadre de la convention de subvention n° [Projet EDIDP-UCCRS-MCM-2020-061-MIRICLE].

Cette communication ne reflète que le point de vue de l'auteur ; la Commission n'est pas responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qu'elle contient.

Communiqué de Naval Group, 14/12/21

Aller plus loin

Rubriques
Défense