Aller au contenu principal

Après cinq mois de déploiement dans le cadre de la 10ème mission Jeanne d’Arc, le porte-hélicoptères amphibie (PHA, ex-BPC) Tonnerre et la frégate La Fayette sont rentré à Toulon samedi 20 juillet. Partis le 25 février de leur base varoise, les deux bâtiments ont parcouru 26.200 milles à travers la Méditerranée, l’océan Indien, l’Atlantique et la mer des Caraïbes.

 

213846 jeanne arc 2019 retour
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Le PHA Tonnerre de retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

213845 jeanne arc 2019 retour
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

La frégate La Fayette de retour à Toulon (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Diaporama orphelin : container

 

213854 jeanne arc 2019 retour
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Marins et familles à bord (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

213872 jeanne arc 2019 retour
© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT

Cérémonie pour le retour de la mission Jeanne d'Arc (© MER ET MARINE - FRANCIS JACQUOT)

 

Missing Paragraphe.

 

A bord, en plus des équipages (200 marins pour le Tonnerre et 150 pour le La Fayette), il y a eu 130 officiers en formation (79 enseignes de vaisseau dont 8 étrangers, 36 officiers sous contrat long, 8 commissaires des armées d’ancrage marine, 7 officiers étrangers invités en cursus « extérieur ») auxquels se sont ajoutés une cinquantaine de stagiaires présents sur de courtes périodes. 

Première mission opérationnelle pour les officiers-élèves de la promotion 2019 de l’École navale, la mission Jeanne d’Arc a pour objectif principal de former les futurs cadres de la Marine nationale, concrétisant les acquis de leurs premières années de leur formation. En plus de cette mission de formation à la mer, le groupe Jeanne d’Arc constitue également, comme à chaque fois depuis 2010, une force contribuant aux missions opérationnelles des armées françaises et pouvant intervenir en cas de besoin sur les théâtres traversés. A cet effet, le Tonnerre embarquait sa batellerie (engins de débarquement de types EDAR et CTM), ainsi qu’un groupe tactique embarqué (GTE) de l’armée de Terre, fort de 150 soldats et leurs véhicules, y compris des blindés. Il s’agissait d’éléments du 21ème RIMa et du 1er REG. S’y sont ajoutés deux hélicoptères Gazelle de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT) ainsi qu'une Alouette III de l’escadrille 22S de l’aéronautique navale.

Le Tonnerre, le La Fayette et leurs moyens embarqués ont ainsi assuré une présence opérationnelle dans des zones d’intérêt stratégique pour la France. La coopération régionale avec les pays alliés s’est matérialisée cette année encore par de nombreux exercices avec les marines du Brésil, du Mexique et des États-Unis. Enfin, le caractère opérationnel de la mission s’est illustré par le concours humanitaire apporté par le Tonnerre au Mozambique, après le passage du cyclone Idaï au mois de mars. Le commandant du PHA, le capitaine de vaisseau Ludovic Poitou, a d’ailleurs reçu à ce titre une lettre de félicitations de la part du préfet maritime de la Méditerranée.

 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale