Aller au contenu principal

Indisponible depuis 2017, l’unique « porte-avions » russe, qui date de 1991, ne reviendra pas en flotte avant 2024 suite à l’annonce d’un nouveau retard dans sa refonte, débutée il y a plus de cinq ans et marquée par plusieurs accidents. L’occasion de s’intéresser à ce bâtiment, dernier avatar des croiseurs porte-aéronefs imagés par l’URSS en pleine Guerre froide. 

Nouveau coup dur pour la marine russe, dont l’unique porte-avions, le Kuznetsov, voit sa modernisation de nouveau retardée. Le bâtiment, qui aurait dû reprendre la mer cette année, ne devrait sortir de chantier que l’année prochaine et, le temps des essais, ne sera remis à la Flotte du Nord qu’en 2024, au plus tôt. C’est ce qu’a indiqué une source industrielle à l’agence russe TASS.

 

© CROWN COPYRIGHT

Le Kuznetsov escorté par l'ancien destroyer britannique HMS Liverpool en 2012

 

Construit à Mykolaev, en Ukraine, et mis en service en 1991, le Kuznetsov est entré en refonte après son dernier déploiement en Méditerranée, d’octobre 2016 à janvier 2017. Le bâtiment est alors mis au sec dans le fjord de Mourmansk sur le PD-50, le plus grand dock flottant de Russie. Jusqu’à ce que ce dernier coule en octobre 2018, provoquant la chute d’une grue sur le pont d’envol du porte-avions. En plus des dégâts, l’accident fait un mort et plusieurs blessés. Le Kuznetsov, qui était en train d’être remis à l’eau au moment des faits, reste en attente quelques mois avant d’être finalement conduit début 2019 dans une forme spécialement aménagée pour le recevoir, aucune cale n’étant jusqu’alors suffisamment grande dans la région. Les travaux de réparation et de modernisation reprennent alors. Mais, en décembre de la même année, le bâtiment est cette fois victime d’un grave incendie, qui fait deux morts et une quinzaine de blessés, ainsi que de nouveaux dommages, occasionnant de nouveaux retards.

Long de 304.5 mètres pour une largeur maximale de 71 mètres et un déplacement de près de 60.000 tonnes en charge, le Kuznetsov est appel

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine russe