Aller au contenu principal

Tôt dans la matinée d’hier, la coque de l’ancienne frégate anti-sous-marine Montcalm a été amenée à son poste d’embossage près de Brégaillon aux places habituelles des bâtiments en fin de vie. On ne sait pas encore si elle sera utilisée pour servir de brise-lames comme ses aînées.

Pour mémoire, l'ex-Dupleix a ainsi remplacé l’ex-Rance comme protection de l’école de plongée de Saint-Mandrier. L'ancien Georges Leygues, tête de série de la classe F70 ASM sert lui de brise-lames à Lanvéoc-Poulmic, devant l’Ecole navale.

 

184818 Montcalm désarmé
© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE

L'ancienne frégate lors de la manoeuvre ( © MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE )

 

Opérationnelle à partir de mai 1982, la frégate Montcalm avait été retirée du service le 3 juillet dernier. Elle fait partie des trois FASM du type F70 à avoir achevé leur carrière, les autres étant le Georges Leygues en 2013 et le Dupleix en 2014. Le Jean de Vienne devrait suivre cet été. Il ne restera alors en service que trois frégates de classe Georges Leygues, les Primauguet, La Motte-Piquet et Latouche-Tréville, entrées en service respectivement en 1986, 1988 et 1990.

Construit comme les autres F70 à Brest, où il avait été mis sur cale en décembre 1975 et mis à l’eau en mai 1980, le Montcalm mesure 139 mètres de long pour 15 mètres de large, avec un déplacement en charge qui atteignait plus de 4800 tonnes. Armée par 240 marins, cette frégate pouvait atteindre la vitesse de 30 nœuds grâce à un appareil propulsif comprenant, pour les allures lentes et modérées, deux moteurs diesels Pielstick de 4120 kW chacun, et pour les évolutions rapides deux turbines à gaz Olympus de chez Rolls-Royce (2 x 19 MW), une version navalisée des réacteurs qui équipaient l’avion supersonique Concorde. L’autonomie du bâtiment pouvait atteindre 8000 milles à 15 nœuds.

 

163776 otan montcalm
© OTAN

Le Montcalm lors d'un exercice de l'Otan ( © OTAN)

 

Polyvalent, comme toutes les frégates de la marine malgré leur spécialisation ASM, le Montcalm mettait en œuvre des moyens antiaériens et antisurface : tourelle de 100mm et artillerie légère, missiles antinavire (MM38 ou MM40), système surface-air Crotale. Sa mission principale était la chasse aux sous-marins grâce à un sonar de coque (DUBV-23 puis UMS 4110), un sonar remorqué (DUBV-43) et un à deux hélicoptères embarqués Lynx.

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine nationale