Aller au contenu principal

Deux militaires américains sont portés disparus depuis le crash d’un hélicoptère MH60S Knighhawk en mer Rouge. L’appareil, qui opérait depuis le destroyer lance-missiles USS William P. Lawrence, s’est abîmé en mer le 22 septembre. Trois des cinq membres d’équipage ont été retrouvés sains et saufs, l’US Navy annonçant hier l’arrêt des recherches pour leurs deux camarades portés disparus. De très importants moyens ont pourtant été déployés par l’ensemble du groupe aéronaval au sein duquel l’USS William P. Lawrence évolue. Ont, ainsi, été mobilisés en plus de ce bâtiment le porte-avions USS Nimitz, le croiseur USS Princeton, les destroyers USS Shoup et USS Stockdale, ainsi que le pétrolier-ravitailleur USNS Rainier. Ces unités de surface ont notamment mis en œuvre des hélicoptères Knighthawk et Seahawk, alors que plusieurs avions de patrouille maritime P-3C Orion se sont joints au dispositif.

La marine américaine, qui a précisé que le crash n’avait pas été provoqué par une attaque, a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l’accident.

Pour mémoire, le Nimitz et son escorte a été récemment repositionnés en mer Rouge suite au regain de tension autour de la Syrie et les menaces de frappes contre le régime de Bachar al-Assad suite à l’utilisation, par celui-ci, d’armes chimiques. Malgré le compromis diplomatique conclu avec les Russes, le groupe aéronaval américain est donc toujours sur zone. 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
US Navy / US Coast Guard