Aller au contenu principal

Voilà un programme assez épique qui devrait, enfin, trouver son épilogue. La date de livraison à la marine indienne du porte-avions Vikramaditya est désormais fixée à la mi-novembre. D’ici là, le chantier russe Sevmash devrait avoir achevé les essais du bâtiment, qui a repris la mer l’an dernier après une importante refonte. Le Vikramaditya n’est autre que l’ex-Baku soviétique, mis en service en 1987 et rebaptisé cinq ans plus tard Admiral Gorshkov suite à l’effondrement de l’URSS. Version améliorée des trois porte-aéronefs du type Kiev, ce bâtiment a été vendu à l’Inde en 2004 (la Russie lui avait déjà proposé sans succès au milieu des années 90).

 

 

79409 baku
© MARINE RUSSE

L'ex-Admiral Gorshkov du temps de la marine russe (© MARINE RUSSE)

 

 

Une acquisition assortie d’un colossal chantier de transformation destiné à moderniser l’ex-Gorshkov et le transformer en véritable porte-avions. A cet effet, l’imposant armement situé à l’avant, notamment les 12 missiles SS-N-12 et les deux tourelles de 100mm, a été débarqué et remplacé par une piste axiale s’achevant par un tremplin incliné à 14 degrés. Cette structure servira au lancement des avions de combat MiG-29K. Dans le même temps, le pont d’envol a été totalement remanié, avec l’intégration d’une piste oblique dotée de trois brins d’arrêt. De nombreux autres travaux ont été réalisés, pour une facture totale de plus de 2 milliards de dollars. Le programme a connu de nombreuses vicissitudes, de gros surcoûts et un retard très important, la livraison du Vikramaditya allant intervenir avec cinq ans de retard par rapport au planning initial. 

 

 

79410 vikramaditya
© INDIAN DEFENSE NEWS

Le Vikramaditya au début de ses essais (© INDIAN DEFENSE NEWS)

 

 

Long de 283 mètres et présentant un déplacement de 45.400 tonnes en charge, le nouveau porte-avions indien pourra mettre en oeuvre 20 Mig-29K et 12 hélicoptères. Il doit remplacer le Viraat, ex-Hermes britannique datant de 1959, racheté à la Royal Navy en 1986 et aujourd'hui à bout de souffle. En parallèle, l'Inde fait construire dans l'arsenal de Cochin le Vikrant, son premier porte-avions de construction nationale. Ce bâtiment de 256 mètres et 40.000 tonnes, capable d'embarquer 40 aéronefs, accuse lui aussi du retard, sa livraison n'étant plus prévue avant 2017/2018. On notera que les Russes sont également impliqués dans ce programme, assistant les Indiens sur les parties aéronautiques. 

Aller plus loin

Rubriques
Défense
Dossiers
Marine indienne